Romano Prodi tente de rassurer les marchés.

 |  | 344 mots
Lecture 2 min.
Dernier effet de mode, chaque responsable politique important se doit de contribuer à rassurer les investisseurs. Après Jean-Pierre Raffarin lundi, c'est au tour de Romano Prodi, le Président de la commission européenne de se livrer à ce petit exercice. Alors que la tendance boursière en Europe est des plus sombres aujourd'hui et que les grands indices cèdent entre 4 et 5%, l'ancien président du Conseil italien a tenu à transmettre un "message de confiance" aux Européens. Cette confiance doit, selon lui, s'appuyer sur deux piliers : le "bon état" de "l'économie réelle" de l'union européenne et la capacité de l'UE à "concevoir un cadre juridique fort pour le gouvernement d'entreprise". Certes, à la différence de Jean-Pierre Raffarin, Romano Prodi n'a pas minimisé l'impact de la crise de confiance des marchés américains. "L'état d'instabilité des marchés financiers est très sérieux", a-t-il admis. Néanmoins, il considère que le problème est moins important en Europe où "les règles et les autorités régissant les entreprises nous servent bien". Il s'est simplement contenté de demander une adaptation de ces règles et de ces autorités à un marché européen élargi.Le président de la Commission est justement intervenu le lendemain d'une réunion de l'exécutif bruxellois. Ce dernier s'emploie à définir le cadre d'un plan d'action des services financiers (le PASF) visant à créer un grand marché financier décloisonné au sein de l'UE capable de mieux attirer les capitaux internationaux. Depuis une semaine, la Commission entend donner un volet de transparence au PASF, mais la mise en place de ce dernier ne devrait pas intervenir, dans le meilleur des cas, avant 2005, soit six ans après sa mise en place. Nul doute que la lenteur de ce type de projet n'est pas à même de rassurer dans l'immédiat des investisseurs qui tendent dangereusement à paniquer, ni à leur donner confiance dans la "capacité de réforme" de l'UE. Et les déclarations de Romano Prodi risquent donc de rester lettre morte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :