Le secteur des services reste très dynamique en France

 |  | 499 mots
Lecture 2 min.
Après l'industrie la semaine dernière, c'est au tour du secteur des services de la zone euro de ralentir sa croissance en juillet. L'indice PMI, qui mesure l'activité des directeurs d'achats du secteur dans la région, a en effet reculé de 0,4 point en juillet à 52,6. Cette baisse est en ligne avec les attentes des spécialistes.Malgré ce léger recul, le secteur connaît une expansion de son activité pour le septième mois consécutif. La résistance des services européens, plutôt solides lorsqu'on les compare à l'industrie, s'explique d'abord par le maintien à un niveau élevé de la demande de services dans la zone. L'indice des "nouvelles commandes" progresse ainsi de 0,1 point en juillet sur un mois à 52,3. Les Européens restent donc, malgré les signes de faiblesse de l'économie, de plus en plus demandeurs de services. Une situation qui rend les directeurs d'achats de la zone plutôt optimistes puisque l'indice des attentes est en hausse de 0,6 point en juillet à 67,1. Malgré ces bons chiffres, le rythme d'expansion du secteur se ralentit un peu partout dans la zone euro. En Espagne, la chute est de 1,4 point à 52,2, montrant que l'économie ibérique, longtemps la plus dynamique du Vieux continent, est en train de freiner. En Italie, la chute de l'indice est encore plus impressionnante avec une baisse de 1,9 point en un mois, à 51,1. Les services italiens accusent un recul des nouvelles commandes dont l'indice perd 0,6 point à 51,3. Enfin, malgré une baisse marginale de son indice PMI des services (-0,1 point à 50,8), l'Allemagne reste la lanterne rouge de la zone euro pour le rythme d'expansion de ses services. Les conditions du secteur s'améliorent néanmoins nettement outre-Rhin puisque l'indice des nouvelles commandes repasse enfin la barre des 50 à 50,1 (contre 49,3 en juin), ce qui montre que les nouvelles commandes ont progressé en juillet pour la première fois depuis plus d'un an. Mais encore une fois, c'est la France qui se distingue dans cette enquête de ses voisins européens par la vigueur de son expansion. Notre pays est en effet le seul à voir son indice PMI progresser en juillet. Avec une hausse de 0,7 point en un mois, il atteint désormais 56,5. Les services français s'imposent donc désormais comme les plus dynamiques de la zone euro. Certes, l'indice des nouvelles commandes recule de 0,2 point à 55,9, mais il reste largement au-dessus de celui de la zone et de celui des principaux concurrents de la France. Les directeurs d'achats français du secteur restent donc euphoriques : l'indice des attentes passe de 70,9 en juin à 72,4 en juillet (5 points de plus que la moyenne de la zone !), tandis que celui de l'emploi progresse de 0,4 point à 53,8. A la différence de l'industrie, les services français n'ont donc pas réellement été touchés par la crise financière internationale. Grâce à une bonne tenue de la consommation, ils peuvent même envisager de renforcer leurs équipes, ce qui apparaît comme la première bonne nouvelle depuis longtemps pour l'économie française.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :