L'automobile fait plonger le groupe Fiat

Alors que les rumeurs autour de la cession de la division automobile de Fiat continuent à se répandre sur les marchés, le groupe de Turin a annoncé des résultats trimestriels bien peu rassurants. Le chiffre d'affaire du groupe est en baisse de 4% par rapport au premier trimestre de 2001, à 14,1 milliards d'euros. Les pertes nettes de Fiat atteignent 529 millions sur les trois premiers mois de l'année. Sur la même période, Fiat avait réalisé un bénéfice net de 193 millions d'euros en 2001. Une chute spectaculaire principalement due à sa division automobile (42% du chiffre d'affaires du groupe). Fiat Auto a accusé une perte opérationnelle de 429 millions d'euros au premier trimestre. L'an dernier, la perte sur le même trimestre n'était que de 16 millions d'euros. Le consensus Reuters des analystes prévoyait une perte opérationnelle de 315 millions d'euros. Au cours de ce trimestre, les ventes de véhicules du groupe Fiat ont baissé de 11,2% entre janvier et mars et sa part de marché est désormais sous les 10% en Europe. Alors que le marché européen est actuellement mal orienté, les voitures et les utilitaires de la firme italienne ne séduisent plus. Mais il faut également remarquer que le marché phare de Fiat, l'Italie, est celui qui est actuellement le plus touché par la désaffection des consommateurs (-13% en avril 2002 sur un an).Les autres secteurs du groupe (machines agricoles, véhicules industriels, équipements automobiles) connaissent également une baisse de leurs résultats, mais nettement moins prononcée que la division automobile. La division assurances du groupe, Toro Assicurazioni, connaît, elle, un bénéfice net 22 fois supérieur à celui d'il y a un an (115 millions d'euros, contre 5 millions d'euros). Une hausse due en grande partie à un relèvement des primes.Pour le reste de l'année, le communiqué du groupe se montre peu optimiste. "Le contexte économique restera difficile", précise-t-il avant d'ajouter que "la reprise économique apparaît encore fragile, modeste et sujette à de nombreuses inconnues". Fiat prévoit une poursuite de la baisse du marché automobile, surtout en Italie. Le groupe se fixe donc deux objectifs pour 2002 : "poursuivre les initiatives destinées à rendre de nouveau Fiat Auto rentable" et "atteindre en fin d'année un résultat opérationnel presque égal à celui de 2001 au niveau du groupe" après une réduction de l'endettement. Dans l'immédiat, Fiat a annoncé l'introduction en Bourse de Ferrari. La division de voitures de luxe et de sport, qui a perdu 18 millions d'euros au premier trimestre (-80% sur un an), devrait entrer à la Bourse de Milan en fin d'année. Actuellement, Fiat possède 90% de Ferrari.Les marchés ont montré une relative confiance à l'annonce de ces résultats. Mardi, le titre Fiat à Milan a gagné 1,57% à 13,37 euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.