Outokumpu veut se concentrer sur l'acier inoxydable

 |  | 406 mots
Dans le monde encore très fragmenté de la sidérurgie européenne, une partie de poker est en train de se jouer au nord. Le producteur anglo-néerlandais Corus, géant du secteur et numéro 2 européen, a décidé de vendre les 23% du capital du producteur d'acier inoxydable Avesta Polarit au finlandais Outokumpu. Ce dernier en a alors profité pour annoncer le rachat de l'ensemble des 48% du capital qui ne lui appartenaient pas encore. Outokumpu va donc payer 1,1 milliard d'euros pour racheter ces parts minoritaires, dont 500 millions à Corus.Les stratégies des deux groupes sont évidemment différentes. Pour Corus, la priorité est au désendettement, compte tenu d'une activité qui reste faible et qui est encore menacée par les droits de douanes. Avec 1,56 milliard de livres de dettes (2,4 milliards d'euros), le groupe est en effet au bord de l'asphyxie. Du côté du Finlandais, on entend développer la part de l'acier inoxydable dans la production du groupe pour deux raisons. D'une part, Outokumpu possède une technologie très performante sur ce produit et d'autre part, il mise sur un redémarrage du marché dans les prochains mois. En avril, les prix de l'acier inoxydable ont progressé de 13%, montrant un certain frémissement du marché. C'est en tout cas un véritable quitte ou double pour la société d'Espoo qui a prévu de vendre des mines de zinc et d'autres activités pour 200.000 euros. En effet, dans le nouveau groupe Avesta Polarit-Outokumpu, la production d'acier inoxydable comptera pour 55% du total. En tout cas, le président Juusela se montre confiant en prévoyant un bénéfice de 320 millions d'euros pour 2004, contre 200 millions en 2001. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le marché n'est pas encore entièrement séduit par cette décision. Le coût élevé du rachat (25% au-delà du prix de clôture d'Avesta Polarit vendredi) fait craindre une prise de risque inconsidérée de la part d'Outokumpu et de futurs écarts d'acquisition gigantesques pour le petit groupe. D'autre part, les investisseurs craignent que la reprise industrielle ne soit pas aussi rapide que le prévoient les dirigeants finlandais. En conséquence, l'action Outokumpu a été sanctionnée en début de journée à Helsinki, perdant jusqu'à 6%. En fin de journée, la perte n'était que de 0,82%. En revanche, l'effort de désendettement de Corus est salué à Londres où l'action gagnait, à 17h15, 4,17%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :