La croissance britannique revue à la baisse

 |  | 313 mots
Lecture 1 min.
L'activité du deuxième trimestre aura décidément été faiblarde dans toute l'Europe occidentale. Après les mauvais chiffres du PIB dans la zone euro, c'est au tour du Royaume-Uni de revoir à la baisse son estimation de croissance pour le deuxième trimestre. Sur trois mois, le PIB britannique n'a ainsi progressé que de 0,6%. La première estimation de l'Office national des statistiques (ONS) laissait apparaître une croissance trimestrielle de 0,9%. Certes, la performance reste remarquable et montre une réelle accélération. Au cours des deux derniers trimestres, la croissance n'avait été que de 0,1%. Mais sur un an, la croissance n'aura été que de 1,2%, un chiffre qui reste somme toute modeste. La révision à la baisse de la performance britannique s'explique d'abord par le mauvais chiffre de l'industrie manufacturière. Alors que la production de ce secteur avait initialement été prévue en hausse, elle a en fait accusé une baisse de 0,7% sur trois mois. La hausse du secteur énergétique compense néanmoins ce recul, permettant à l'industrie britannique de progresser sur le trimestre de 0,2%. Malgré cette révision à la baisse, l'économie britannique reste donc solide, notamment grâce à des échanges extérieurs encore très dynamiques. Au cours du trimestre, les exportations ont progressé de 3%, tandis que les importations ne croissaient que de 1,5%. Mais, à la différence de l'Allemagne ou de l'Italie, le dynamisme britannique ne repose pas uniquement sur la demande externe. La demande interne affiche une forme qui peut paraître insolente sur le continent. La consommation des ménages a ainsi progressé de 1,2% sur trois mois, tandis que l'investissement des entreprises est demeuré stable.Reste à présent à connaître la résistance de l'économie britannique à la baisse de la demande provenant des Etats-Unis et à la mauvaise santé persistante des économies continentales. La demande intérieure parviendra-t-elle à compenser durablement ce recul des échanges extérieurs ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :