Les quotas de production de l'Opep restent inchangés

Conformément à tous les pronostics, l'Opep a choisi de maintenir inchangés les quotas de production au quatrième trimestre, à 21,7 millions de barils par jour. L'Opep n'a donc pas pris en compte les inquiétudes exprimées par certains pays consommateurs de voir leurs économies, déjà fragiles, être pénalisées par un coût trop élevé des produits énergétiques. Le cartel n'a pas plus entendu la voix de l'un de ses membres les plus influents, l'Arabie saoudite. Riyad réclamait une hausse, même symbolique, de la production, afin que les quotas fixés soient en adéquation avec la réalité. En effet, au mois d'août par exemple, la production des pays Opep a dépassé de 2 millions de barils par jour la limite que s'est donnée l'organisation. Le ministre saoudien du Pétrole a d'ailleurs affirmé ce matin que, en cas de guerre contre l'Irak, l'Opep répondrait immédiatement à toute pénurie de pétrole par une hausse de sa production. Avec cette décision, il paraît clair que les cours de l'or noir devraient rester à un niveau assez élevé et pour le moins dans le haut de la fourchette fixée par l'Opep pour son panier de référence (rassembalnt sept qualités de brut différentes), à savoir entre 22 et 28 dollars. En effet, l'arrivée de l'hiver dans l'hémisphère nord, la baisse des stocks aux Etats-Unis et la menace toujours réelle d'une intervention américaine en Irak poussent les cours vers le haut. En fait, les pays de l'Opep souhaitent se prémunir face à une éventuelle dégringolade des cours. En effet, en cas de résolution rapide des tensions entre les Etats-Unis et l'Irak, la prime de guerre qui gonfle les prix du pétrole serait nettement amoindrie et le prix du baril pourrait alors retomber autour de 20 dollars. Le cartel ne souhaite donc pas prendre le risque d'amputer ses revenus futurs. Etant donné le manque de visibilité, l'Opep préfère attendre avant d'agir. Une nouvelle réunion est prévue pour le 12 décembre. D'ici là, l'organisation s'engage à surveiller le marché et à convoquer une réunion extraordinaire si le prix du panier Opep dépasse les 28 dollars.Les informations venues de la conférence d'Osaka sont accueillies dans le plus grand calme par le marché. En fin de matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre s'échangeait à 28,24 dollars après avoir ouvert à 28,45 dollars et clôturé à 28,32 dollars mercredi soir.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.