La reprise de l'industrie américaine se confirme

Comme le laissaient entendre le bon indice PMI de la région de Chicago et la progression des commandes à l'industrie publiés vendredi, l'activité manufacturière repart aux Etats-Unis. L'indice ISM manufacturier de mai (ex-Napm) bondit en effet de façon inattendue à 55,7 contre 53,9 en avril. Il s'agit de son plus haut depuis février 2000. Le consensus Reuters ne prévoyait qu'une progression à 54,7. Cette hausse est en grande partie due à l'accélération des nouvelles commandes, dont l'indice passe de 59 à 63,1 en un mois. Ce chiffre constitue une excellente nouvelle, car ces commandes vont soutenir l'activité de l'industrie américaine dans les prochains mois. Il confirme également ce que l'on pouvait soupçonner à partir des chiffres de vendredi, à savoir une reprise de l'investissement. Cette hausse des commandes est la bienvenue, car la production ne s'est que légèrement accélérée en mai (+0,5 point pour l'indice de production à 58,5). Ces chiffres laissent donc présager d'une croissance plus soutenue de l'industrie américaine dans les mois qui viennent, ce qui tombe d'autant mieux que ce secteur restait l'un des plus touchés par la crise de l'après 11 septembre. L'ISM estime que le second trimestre sera "bon" dans l'industrie et cette expansion devrait se poursuivre lors du troisième trimestre. On remarquera que les commandes à l'export ont pris une part inédite dans le développement des nouvelles commandes. L'indice des commandes à l'export a ainsi progressé de 1,4 point en mai à 53,9 alors qu'il stagnait autour de 51 dans les derniers mois. Un signe que, si les économies européennes ou asiatiques profitent de la reprise américaine, la réciproque est également vraie.On sait que le secteur manufacturier est le plus destructeur d'emplois aux Etats-Unis. Reste à savoir si cette accélération de la croissance va conduire à la fin de ces suppressions de postes. L'indice ISM de l'emploi avait baissé de 0,8 point en avril: il remonte de 0,6 point en mai à 47,3. Mais la tendance reste encore à la réduction des effectifs pour reconstituer les profits. A terme, on peut toutefois espérer le retour à une stabilité de l'emploi dans le secteur.L'indice ISM de mai est donc en mesure de rassurer les marchés sur la vigueur de la reprise américaine. L'industrie devrait prochainement entrer dans une phase de croissance soutenue qui pourrait assurer à l'économie américaine un nouveau débouché en cas de faiblesse de la consommation. Pourtant, les marchés américains semblent ce lundi se focaliser sur le seul point noir de l'indice, les prix. L'indice ISM des prix s'établit en effet à 63 en mai, contre 41,5 en février. 8% des directeurs d'achat interrogés en février constataient une hausse des prix, ils étaient 38% en mai. Les observateurs s'inquiètent donc d'une réaction rapide de la Fed qui, considérant que la reprise est bien engagée, pourrait remonter ses taux. Un danger cependant peu probable pour Marc Touati, économiste chez Natexis Banques Populaires, pour qui le taux d'inflation américain ne devrait pas dépasser les 2% annuels à l'automne.Le Dow Jones, qui avait ouvert en baisse de 0,05%, perd 0,85% à 18h30 et le Nasdaq, qui était en baisse de 0,14% en ouverture, recule à la même heure de 1,95%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.