Le Japon menacé par le ralentissement américain

 |   |  464  mots
Le ralentissement de l'économie américaine commencerait-elle à se faire sentir de l'autre côté du Pacifique ? La timide reprise de l'industrie japonaise a en tout cas marqué un net coup d'arrêt le mois dernier. Après quatre mois de hausse et une accélération en mai (+4,1% sur un mois), la production industrielle a reculé de 0,7% sur un mois en juin. Cette baisse est très directement liée au tarissement des débouchés américains puisque ce sont les secteurs les plus exportateurs vers les Etats-Unis, comme l'électronique et l'automobile, qui ont le plus nettement marqué le pas. Il est vrai que le chiffre des commandes de biens durables aux Etats-Unis, publié la semaine dernière, a révélé que les entreprises américaines ont interrompu leur phase de réinvestissement. Le Japon en fait donc naturellement les frais, d'autant que la remontée du yen au cours du mois de juin a fortement handicapé les entreprises nipponnes. Les résultats du deuxième constructeur japonais Honda sont venus confirmer cette situation. Grâce aux fortes ventes enregistrées aux Etats-Unis, le groupe peut présenter, pour le premier trimestre de son exercice 2002-2003 (d'avril à juin), un résultat opérationnel record de 170,82 milliards de yens (1,44 milliard d'euros), en hausse de 12% sur un an. Mais, ce bon chiffre reste très dépendant des ventes outre-Pacifique : si les ventes venaient à baisser aux Etats-Unis et si le yen continuait à monter, Honda pourrait ne plus connaître de bénéfice avant longtemps. Et déjà certains analystes prévoient que ce premier trimestre pourrait être le seul bénéficiaire de l'exercice pour le constructeur.Le problème demeure donc plus que jamais la faiblesse de la demande intérieure nipponne. Aucune vraie reprise économique ne pourra prendre pied dans l'Empire du soleil levant si la consommation et l'investissement ne se redressent pas durablement. Or aucun signe d'un tel redressement n'est à l'ordre du jour pour le moment. Le ministère des Finances japonais lui-même "s'inquiète" de cette faible demande intérieure qui "laisse planer beaucoup d'incertitudes". Il n'est donc pas exclu de voir le Japon retomber en récession si la croissance américaine se révèle faible à moyen terme. Déjà, les prévisions des économistes pour le deuxième trimestre ne sont guère réjouissantes. Après une forte poussée au premier trimestre (+1,8% sur un trimestre), le consensus Reuters prévoit ainsi un recul du PIB japonais de 0,4% au deuxième trimestre et de 0,2% au troisième trimestre. Un triste scénario confirmé par l'économiste de JP Morgan Ryo Hino : interrogé par l'AFP, il indique que "les récents chiffres concernant l'Asie laissent percevoir un ralentissement considérable de l'activité économique".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :