Coup d'arrêt au chômage en février aux Etats-Unis

Pour la première fois depuis juillet dernier, le marché de l'emploi américain montre des signes de redressement. En février, la première économie mondiale a enregistré la création de 66.000 emplois alors qu'en moyenne, depuis le début de la récession aux Etats-Unis en mars dernier, ce sont 146.000 emplois qui étaient détruits chaque mois. La majeure partie des emplois ont disparu entre septembre et janvier. Conséquence de cette amélioration, le taux de chômage se replie légèrement, de 0,1 point à 5,5%. Cette embellie, dont il reste à confirmer la pérennité, surprend les économistes. Ainsi, ceux interrogés par Reuters attendaient en moyenne 13.000 créations nettes pour un taux de chômage de 5,8%. Sur les marchés d'actions américains, cette statistique semble doper l'humeur des investisseurs. A l'ouverture, le Nasdaq grimpe de 1,45% et le Dow Jones progresse de 0,72%. Ces statistiques viennent s'ajouter à la série de bons chiffres annoncés ces derniers jours. Hier, le président de la Réserve fédérale américaine (Fed) avait estimé que la reprise était désormais bien engagée aux Etats-Unis, faisant ainsi le discours le plus optimiste depuis la tragédie du 11 septembre. Alan Greenspan avait cependant mis un bémol à ces propos, jugeant que ce rebond de l'économie américaine ne serait "certainement pas" aussi vigoureux que lors des précédentes sorties de récession.Le département du Travail note d'ailleurs dans ses commentaires que des éléments saisonniers, comme une météo clémente favorable au secteur de la construction (25.000 emplois créés le mois dernier), ont influencé favorablement les chiffres du chômage. Cela n'occulte pas le fait que l'industrie a néanmoins continué à détruire des emplois le mois dernier. Seul le temps permettra de juger de la pérénité de ce redressement du marché du travail.On en veut pour preuve les annonces faites cet après-midi par deux groupes américains. Kmart, chaîne de grande distribution qui s'est placée sous la protection du chapitre 11 de loi américaine sur les faillites, a décidé dans le cadre de sa réorganisation de fermer 284 de ses 2.114 magasins, ce qui se traduira par 22.000 suppressions d'emplois. Global Crossing, opérateur haut débit également placé sous la protection du chapitre 11, indique pour sa part vouloir supprimer 1.600 emplois supplémentaires.latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.