Procter & Gamble dépasse les attentes et relève ses prévisions

 |  | 385 mots
Lecture 2 min.
Bon trimestre pour le géant américain des biens de consommation Procter & Gamble (P&G). Durant le dernier trimestre de son exercice échu le 30 juin, les ventes du groupe de Cincinnati ont progressé de 6,1% à 10,2 milliards de dollars. Hors charges exceptionnelles liées à la restructuration de l'entreprise, le résultat net atteint 1,09 milliards de dollars sur le trimestre, ou 77 cents par action, un résultat supérieur de 22% à celui de la même période de l'an dernier, mais aussi largement au-dessus de l'attente moyenne des analystes, qui prévoyaient un résultat net hors exceptionnels de 75 cents par action, selon l'agence First Call. Le groupe, qui produit des marques aussi variées que Pampers ou Pringles, a évidemment bénéficié de la bonne résistance au deuxième trimestre de la consommation des ménages américains. Les ventes à l'unité ont ainsi progressé de 10% au cours du trimestre. Mais P&G a également bénéficié des efforts de restructuration consentis au cours des dernières années. Sur l'ensemble de son année fiscale (de juin à juin) 2001, le groupe a dû ainsi dépenser 393 millions de dollars pour se séparer de bon nombre de ses employés. Les activités liées à l'hygiène et à la santé ont été les plus performantes au cours du trimestre précédent. Les ventes de produits d'hygiène bucco-dentaire et de médicaments ont ainsi progressé de 12% par rapport au dernier trimestre de l'année 2000/2001. Ce succès s'explique en grande partie par celui des brosses à dent électriques. Par ailleurs, grâce à l'acquisition de la marque de cosmétiques Clairol, les ventes de la division cosmétiques du groupe progressent de 22%. Encouragé par ces résultats très satisfaisants, le président de P&G Alan G. Lafley a relevé les ambitions de son groupe pour le nouvel exercice 2002/2003. Pour le trimestre en cours, les ventes en volumes devraient grimper de 8 à 10%, tandis que le bénéfice net hors exceptionnels devrait progresser de 11 à 15%. Sur l'ensemble de l'année, malgré des ventes qui devraient rester globalement stables, P&G s'attend à une progression "à deux chiffres" de son résultat net.Malgré ces bons résultats, le titre P&G reculait de près de 2% à 88,05 dollars à 16h30 dans un marché nerveux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :