Le transport aérien américain est encore loin d'être rentable

Les effets du 11 septembre sont encore loin d'avoir disparu dans le secteur du transport aérien américain. Confrontées depuis les attentats à une méfiance des passagers, les compagnies ont dû baisser leurs prix et réduire leurs capacités. Dix mois après, elles sont loin d'être à nouveau sur le chemin de la rentabilité. Après la première compagnie mondiale American Airlines, qui a présenté hier une perte abyssale de 500 millions de dollars, les trois compagnies qui annonçaient aujourd'hui leurs résultats pour le deuxième trimestre ont confirmé cette situation. L'une des plus touchées, Delta Airlines, a ainsi dû accuser une perte nette de 186 millions de dollars au cours du deuxième trimestre. Un an plus tôt, les pertes de Delta n'étaient que de 90 millions de dollars. Parallèlement, le chiffre d'affaires de la compagnie est en recul de 8% sur un an au deuxième trimestre, à 3,47 milliards de dollars. Certes, ces résultats montrent une amélioration par rapport à ceux du premier trimestre et si on exclut les 24 millions de dollars liés à l'immobilisation de certains de ses appareils, les pertes sont inférieures aux objectifs du groupe et aux prévisions des analystes. Mais, comme le note le PDG du partenaire américain d'Air France, "les temps difficiles ne sont pas encore derrière nous". Même constat chez Northwest Airlines, la quatrième compagnie des Etats-Unis, qui a vu ses pertes passer lors du deuxième trimestre de 55 millions de dollars voici un an à 93 millions de dollars. Ce creusement de 69% des pertes s'explique en partie par une baisse de 11% des ventes à 2,41 milliards de dollars. Et la compagnie ne se veut pas optimiste puisqu'elle a déclaré ne pas savoir "quand elle pourra annoncer un trimestre bénéficiaire". Seule la petite compagnie de Dallas, Southwest, semble résister et continuer à faire des bénéfices. Ces gains sont néanmoins considérablement réduits. Au deuxième trimestre 2002, Southwest Airlines affiche un résultat net de 102,3 millions de dollars, contre 175,6 millions un an auparavant, soit une baisse de 41,7%. Certes, le trafic de la compagnie est en hausse de 1,8% entre avril et juin, mais il a fallu pour cela réduire les prix de 3,6%. En bref, il apparaît bien que la crise du secteur aérien américain est loin d'être achevée. Comme l'affirmait voici une semaine Don Carty, le PDG d'American Airlines, qui se disait pessimiste sur le secteur, "il faudra attendre un moment avant que les compagnies soient à nouveau rentables". Et, encore une fois, les investisseurs ont sanctionné. A 17h30, le titre Delta glissait de 1,52% et l'action Southwest de 3,37%. Seule Northwest parvenait à progresser de 2,11%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.