Flambée du chômage en Allemagne

 |   |  358  mots
L'accalmie de l'été sur le front du chômage en Allemagne n'est plus qu'un lointain souvenir. Reparti à la hausse en octobre (+26.000 chômeurs en données corrigées des variations saisonnières), le nombre de demandeurs d'emplois a continué à augmenter en novembre : +35.000 en données CVS, à 4,16 millions de personnes. Ces chiffres, publiés par la Bundesbank, portent le taux de chômage CVS à 10%.C'est nouvelle flambée du chômage, plus violente qu'attendu par les économistes, est évidemment un coup dur pour le gouvernement Schröder. En données brutes, le nombre de demandeurs d'emplois est repassé en novembre au-dessus de la barre politiquement symbolique des 4 millions, à 4.025.800 sans-emploi, soit une augmentation de 96.000 par rapport au mois d'octobre et un nouveau plus haut depuis novembre 1997.Malgré le durcissement envisagé du dispositif censé pousser les chômeurs à rechercher activement un poste, rien ne semble indiquer qu'une embellie est proche. Pour Guilhem Savry, économiste chez CDC-Ixis, "le taux de chômage ne devrait pas se stabiliser avant la mi-2003". L'économie allemande est en proie à de sévères difficultés, au point que certains économistes estiment aujourd'hui qu'elle est guettée par la déflation. Ce pronostic pessimiste est néanmoins combattu par d'autres comme le président de la Banque centrale européenne, Wim Duisenberg.La dégradation du marché du travail a bien évidemment des conséquences sur la consommation des ménages, qui représente tout de même la moitié du produit intérieur brut allemand. On peut ainsi noter que les ventes aux détail ont reculé de 0,7% en octobre, portant le repli sur un an à 1,1%. Certes, les ventes de détail ne reflètent que partiellement le comportement des ménages allemands puisque les achats importants comme les automobiles ou les voyages ne sont pas pris en compte dans ces chiffres. Néanmoins, ces statistiques donnent de bonnes indications quant à la vitalité de la demande - et dans ce cas précis de sa faiblesse - et par voie de conséquence de la croissance outre-Rhin. Officiellement, le gouvernement allemand table sur une hausse du PIB de 0,5% cette année et de 1,5% en 2003.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :