Le moral des patrons allemands rechute en avril

C'est une mauvaise surprise quant à la santé de l'économie allemande: le baromètre mensuel de l'institut Ifo mesurant le climat des affaires en Allemagne de l'Ouest a chuté d'un point en avril par rapport à mars, à 90,5, alors qu'une hausse était très largement attendue. Après les 91,5 de mars (chiffre révisé à la baisse par rapport à la première estimation de 91,8), le consensus des économistes s'établissait à 92,1, certains, comme Natexis Banques Populaires, allant jusqu'à prévoir un chiffre de 92,9. En fait, les chiffres publiés font apparaître un recul des deux composantes de l'indice. Celle mesurant l'évaluation de la situation actuelle par les chefs d'entreprise de l'Ouest de l'Allemagne ressort à 76,9 en avril, contre 77,5 en mars, tandis que celle mesurant leurs attentes pour les six mois à venir baisse de 1,5 point à 104,6. Ce baromètre, qui est très suivi par les marchés financiers pour anticiper la conjoncture économique de l'Allemagne, est fondé sur un sondage effectué auprès d'un échantillon représentatif de chefs d'entreprises. Les chiffres annoncés ce matin ne surprennent pas CDC-Ixis, qui avait prévu un indice Ifo à 91. Selon les économistes de la banque d'affaires, ce recul correspond à "une correction de l'excès d'optimisme observé dans les attentes des chefs d'entreprise", qui se traduisait par la divergence entre les deux composantes de l'indicateur.L'institut de conjoncture Ifo a d'ailleurs tenu à rassurer quant aux perspectives de l'économie allemande. "En dépit de ce léger recul, a-t-il affirmé, le climat des affaires est toujours bien meilleur qu'il ne l'était au cours des deux premiers mois de l'année". Selon l'institut, la baisse d'avril doit être relativisée par le fait que l'indice "avait, de manière surprenante, fortement progressé le mois précédent" et qu'elle résulte "exclusivement d'une baisse significative du climat dans le commerce de détail et de gros". Autre facteur pesant sur le moral des patrons allemands: l'incertitude qui prévaut quant aux négociations salariales en cours. Syndicats et patronat ont engagé un bras de fer qui pourrait se traduire bientôt par une vague de grèves dures lancées par IG Metall. Le risque que ferait courir à l'économie allemande des hausses de salaires importantes est d'ailleurs prix très au sérieux par les autorités monétaires. La Banque centrale européenne vient de lancer une mise en garde à ce sujet.S'il ne signale pas un retournement de tendance dans les perspectives d'amélioration de l'économie allemande, qui demeurent bonnes, cet indicateur Ifo confirme une fois de plus qu'il faudra se montrer patient avant de voir la reprise atteindre un rythme soutenu.En ce qui concerne l'Est de l'Allemagne, enfin, le baromètre est resté inchangé en avril à 100,1 points. La composante mesurant la situation présente est en léger recul à 114,3 points, contre 114,5 points en mars, tandis que la composante des attentes est en légère hausse à 86,5 points, contre 86,4 points le mois précédent. latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.