Tassement de l'emploi salarié en France

 |  | 306 mots
Lecture 1 min.
Le front de l'emploi risque d'être toujours un des pires soucis du nouveau gouvernement. Les chiffres de l'emploi salarié du deuxième trimestre 2002 le prouvent. Avec une hausse de 0,1% sur trois mois, et 1% sur un an, les créations d'emploi sont restées plutôt limitées. La faute en revient principalement au secteur manufacturier. Sur le deuxième trimestre, ce secteur a supprimé 16.300 emplois, soit une baisse de 0,5%. Sur un an, la baisse est encore plus inquiétante : -2%. Le rythme des suppressions d'emplois dans le secteur tend cependant à se réduire puisqu'au premier trimestre, près de 30.000 emplois avaient été détruit. L'effet de la légère reprise de l'économie française sur l'emploi industriel est donc resté relativement insensible au cours du premier semestre. On comprend, dans ce contexte, la crainte du nouveau ministre de l'Emploi François Fillon devant la vague annoncée de plans sociaux dans l'industrie à la rentrée. Ce secteur apparaît en effet comme le "maillon faible" de l'emploi en France.Car en revanche, l'emploi dans le secteur des services se porte plutôt bien. Soutenu dans l'Hexagone par le maintien de la demande interne, le secteur tertiaire a créé au deuxième trimestre 37.000 emplois, soit une hausse trimestrielle de 0,4%. Sur un an, le secteur a vu le nombre de ses emplois salariés progresser de 2,2%. L'évolution est néanmoins inverse de celle de l'emploi industriel, puisqu'au premier trimestre, le secteur tertiaire avait créé près de 67.000 emplois. Le risque est donc de voir les suppressions d'emplois se multiplier dans le secteur industriel, tandis que les créations d'emplois du tertiaire continueraient à se tasser. L'évolution conjoncturelle rend ce triste scénario plus que probable à court terme. Il faudra alors attendre plus longtemps que prévu pour que le chômage reparte à la baisse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :