France Télécom dément tout projet de plan social

A quelques jours de la présentation par Thierry Breton de son plan stratégique pour France Télécom, les spéculations vont bon train quant aux mesures qui seront annoncées le 4 décembre. Hier, la presse s'est fait l'écho de l'intention de l'Etat d'octroyer à l'opérateur historique une avance d'actionnaire de 9 milliards d'euros, ce qui permettrait au moins à court terme d'échapper à l'augmentation de capital. Les investisseurs ont salué ce scénario, le titre France Télécom terminant en hausse de plus de 13%. Aujourd'hui, bis repetita, l'action a continué sur sa lancée, terminant la séance sur un gain de 12,57% à 18,80 euros. Cette fois, ce sont les questions autour des effectifs du groupe qui sont sur le devant de la scène. Le Figaro indique dans son édition de ce matin que France Télécom pourrait supprimer 45.000 postes. Citant des sources syndicales, le quotidien précise que le groupe envisagerait "un programme massif de transferts, sur une base volontaire, des personnels au statut de fonctionnaires vers d'autres administrations, fonction publique d'Etat, mais également collectivités locales et territoriales". Selon Le Figaro, 20.000 agents seraient concernés par cette opération étalée sur trois ans et intégrée dans le plan de suppression de 45.000 emplois. Selon les chiffres de France Télécom, au 30 juin 2002 le groupe employait au total 256.861 salariés dont 144.732 en France. La réaction de la direction de France Télécom n'a pas tardé. Dans un communiqué, l'opérateur indique qu'"un programme de départ volontaire (congés de fin de carrière) est en place depuis 1996 qui, allié aux départs naturels, devrait conduire au départ d'environ 20.000 personnes en France sur les trois prochaines années". France Télécom ajoute qu'"en ce qui concerne un soi-disant plan social supplémentaire, les informations publiées sont totalement inexactes".Ce démenti entretient pour le moins un certain doute quant aux intentions du groupe. Celui-ci est certes catégorique quant à un éventuel plan social - terme nullement utilisé par Le Figaro -, mais il est en revanche totalement muet sur la perspective d'un transfert de personnels...France Télécom, sous la houlette de son nouveau PDG Thierry Breton, doit présenter le 4 décembre un plan de sauvetage qui lui permettra de faire face à ses échéances de l'année prochaine, alors même que le groupe est asphyxié par une dette colossale de 70 milliards d'euros et qu'il affiche des fonds propres négatifs de 400 millions d'euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.