Reuters rachète un éditeur de solutions de changes en ligne

Toujours à la recherche de nouvelles sources de revenus, Reuters vient d'annoncer le rachat de l'éditeur britannique AVT Technologies, spécialiste des transactions monétaires et de changes sur Internet. Le géant de l'information financière ne précise pas le montant de cette acquisition, se contentant d'indiquer que la valeur globale des actifs de la société "devrait être d'environ 4 millions de livres (6,3 millions d'euros) lors de l'achèvement de la transaction", soit à la fin du mois. AVT compte parmi ses clients de grands groupes financiers internationaux, comme ABN Amro, UBS Warburg, Bank of New York ou Dresdner Kleinwort Wasserstein, mais aussi des portails financiers spécialisés, comme FXAllou Centradia. La gamme de produits de l'entreprise réunit un outil de changes, un outil de transactions sur les marchés monétaires, un logiciel de messagerie instantanée et un outil de gestion de portefeuille, tous ayant en commun d'être utilisables depuis un simple navigateur Internet et dans des conditions de confidentialité et de sécurité correspondant aux exigences du marché financier. Mais aussi de pouvoir être intégrés à d'autres outils de gestion et de transactions financières en ligne. L'intégration des 100 salariés actuels d'AVT au sein de Reuters permettra à ce dernier de créer une nouvelle division, baptisée "Reuters Automated Dealing Technologies", que dirigera Mark Redwood, l'actuel PDG d'AVT. Six semaines après le lancement, en coopération avec Microsoft, d'un service de messagerie, Reuters confirme ainsi sa volonté de développer ses activités dans la fourniture de solutions. Mais l'acquisition d'AVT risque de prêter le flanc à la critique, en renforçant sa dépendance vis-à-vis des activités de changes, un marché sur lequel il est est leader mais en perte de vitesse depuis l'arrivée de l'euro. La création de la nouvelle division "Automated Dealing Technologies" vise sans doute à répondre à l'avance à ces critiques, en mettant l'accent sur l'acquisition de compétences technologiques.En clôture à la Bourse de Londres, l'action Reuters progressait de 0,21% à 235,5 pence. Le titre était tombé mi-octobre à 148 pence, un plus bas de plus de dix ans, victime de la déprime des marchés financiers et de la guerre des prix que lui livre son principal concurrent, l'américain Bloomberg.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.