Kai-Uwe Ricke nommé PDG de Deutsche Telekom

C'est sans surprise que le conseil de surveillance de Deutsche Telekom a désigné ce matin à l'unanimité Kai-Uwe Ricke au poste de président directeur général. Sa désignation au poste occupé depuis juillet par Helmut Sihler, après la démission de Ron Sommer, prendra effet dès demain. "Nous avons choisi un dirigeant expérimenté doté d'une vision internationale, qui utilisera toute son énergie et son immense expérience pour répondre aux défis de l'industrie mondiale des télécommunications", s'est immédiatement félicité Hans-Dietrich Winkhaus, le président du conseil de surveillance. Après une longue "chasse" qui a porté à une vingtaine le nombre de candidats potentiels ou donnés comme tels, c'est donc en interne que le groupe a finalement trouvé son nouveau patron. Agé de 41 ans, Kai-Uwe Ricke a commencé sa carrière chez Bertelsmann avant de s'orienter vers les télécoms. Entré chez Deutsche Telekom en 1998, il avait pris en février 2000 la tête de la nouvelle division T-Mobile, qui regroupe l'ensemble des activités de téléphonie mobile du groupe, en Allemagne et à l'étranger. Il est membre du conseil d'administration du groupe depuis mai 2001. "Les principales attributions de son nouveau poste inclueront la poursuite de la phase de consolidation et le développement de nouvelles perspectives de croissance pour l'entreprise", souligne Hans-Dietrich Winkhaus. Mais alors que le groupe vient d'annoncer avoir enregistré une perte nette de 24,5 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de l'année (lire ci-contre) Kai-Uwe Ricke devra privilégier, non la croissance, mais l'assainissement des finances et le désendettement. L'objectif de ramener la dette à 50 milliards d'euros fin 2003 a certes été assoupli - le groupe vise désormais une fourchette de 49,5 à 52,3 milliards - mais le défi reste énorme. Et la décision de conserver le contrôle de la filiale américaine, l'ex-VoiceStream racheté en 2000, ne facilitera pas la tâche.Considéré comme un "poulain" de Ron Sommer, très impliqué dans les opérations de croissance externe des activités mobiles ces dernières années, Kai-Uwe Ricke devra ainsi faire le ménage sans rompre avec la stratégie suivie jusqu'à présent. Une feuille de route toute en subtilité dont les considérations politiques et boursières ne faciliteront sans doute pas l'exécution.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.