KPN renoue avec les bénéfices et vend ses annuaires

Le chiffre est modeste mais sa portée symbolique le dépasse : KPN a gagné 68 millions d'euros au troisième trimestre. Son premier bénéfice net depuis près de deux ans ; sur la même période l'an dernier, le groupe avait perdu 231 millions. L'opérateur néerlandais, après une augmentation de capital de cinq milliards d'euros, une fusion avortée avec Belgacom et des déboires coûteux dans la téléphonie mobile, est donc enfin sorti du tunnel après avoir frôlé la faillite.Le nouveau PDG du groupe, Ad Scheepbouwer, peut s'en féliciter : "au cours de l'année écoulée, la situation de KPN a été transformée", résume-t-il, en soulignant que le groupe a dégagé plus d'un milliard d'euros de cash-flow libre au cours du trimestre. Au cours de cette période, le résultat opérationnel (Ebit) a été multiplié par cinq, à 527 millions d'euros, et l'Ebitda a progressé de 19% à 1,175 milliard, en dépit d'un recul du chiffre d'affaires de près de 4%, à 3,057 milliards d'euros. Pour l'ensemble de l'année, Ad Scheepbouwer vise une progression de l'Ebitda de 18% et un cash-flow libre de 2,3 milliards d'euros. Les activités mobiles restent le principal moteur de la croissance : leur Ebitda a bondi de 21% sur le trimestre, à 425 millions d'euros, pour des ventes en hausse de 10%.Mais l'assainissement financier est encore loin d'être achevé. Le groupe a ainsi annoncé ce matin la vente, pour 500 millions d'euros, de son activité annuaires, TeleMedia Nederland, à un consortium formé du groupe de capital-investissement britannique 3i et de la banque d'investissement Veronis Sulher Stevenson.Cette cession vise évidemment à poursuivre la réduction de la dette, ramenée à 13,9 miliards d'euros au 30 septembre, contre 15 milliards fin juin et 22,3 milliards il y a un an. L'endettement net devrait encore diminuer d'ici la fin de l'année, pour atteindre 13 milliards. Prochain objectif pour le PDG : la barre symbolique des 10 milliards d'euros de dette, à atteindre d'ici 2004. Un objectif qui exige notamment la modération en terme d'investissement : les dépenses du groupe dans ce domaine ne devraient pas dépasser 1,6 à 1,8 milliard d'euros l'an prochain. Les effectifs, eux, ont déjà été sévèrement comprimés : le groupe a supprimé 8.000 emplois depuis le 1er janvier, pour ramener le nombre de ses salariés à 21.350. Parallèlement, KPN veut recapitaliser ses activités mobiles, les plus gourmandes en capitaux. La principale mesure consistera à convertir en actions quelque 14 milliards d'euros de prêts d'actionnaires consentis à KPN Mobile et à E-Plus, l'opérateur allemand détenu à 100%. Celui-ci va en outre rembourser quelque 1,75 milliard d'euros d'obligations qui devaient initialement arriver à échéance en 2005. Après une ouverture en forte hausse vendredi à la Bourse d'Amsterdam, l'action KPN a réduit ses gains au fil de la journée, certains analystes soulignant le risque de dilution des bénéfices futurs généré par la conversion des prêts d'actionnaires en actions chez KPN Mobile et E-Plus. En clôture, le titre gagnait 0,81% à 6,25 euros. Depuis le début de l'année, le titre affiche une hausse de 9%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.