Le Cac 40 sous pression à mi-journée

Après une ouverture en baisse de 0,53% et une matinée plutôt hésitante, le Cac 40 est maintenant clairement dans le rouge. A mi-séance, il perd 1,38%, à 3.022,37 points. Même tendance sur les autres places européennes. A Londres, l'indice Footsie abandonne 1,3%, à Francfort, les pertes sont même plus lourdes (-2,62% selon le Dax 30). L'euro est relativement stable, juste sous la barre des 1,01 dollar. Aucune statistique d'envergure au programme outre-Atlantique, les investisseurs se contenteront donc de l'allocution du président de la Réserve fédérale, Alan Greenspan, devant la commission mixte du Congrès cet après-midi à 16h00, heure de Paris. En revanche, sur le Vieux continent, la commission européenne a rendu publiques ses perspectives de croissance économique pour la zone euro. Les propos sont pessimistes. La croissance du PIB est abaissée de plus d'un point pour 2003, à 1,8%, après une modeste progression de 0,8% cette année. Une prévision de 2,6% est avancée pour 2004. Par ailleurs, les statistiques de l'inflation ont été publiées en France. Pour le mois d'octobre, les prix de détail ont ainsi augmenté de 0,2%, soit un peu plus que les 0,1% attendus. Par ailleurs, l'excédent du commerce extérieur est ressorti à 517 millions d'euros en septembre.Beaucoup de publications de la part des sociétés, avec des réactions naturellement très disparates en fonction de la teneur des annonces. Si SR Téléperformance est porté par la hausse de 10% de son chiffre d'affaires trimestriel, à données comparables, Euro Disney est en fort recul après l'annonce d'une perte annuelle de 33,1 millions d'euros. Le secteur des SSII est également entouré, après les chiffres publiés par quelques grands noms, comme Atos, Unilog et Sopra.Chez Atos, le chiffre d'affaires du troisième trimestre a ainsi progressé de 1,6%, à 734 millions d'euros. Mais à périmètre comparable, les facturations sont en repli de 0,4%. Sur neuf mois, la croissance est, toujours à données constantes, en hausse de 1,1%. Plus important, la marge opérationnelle ressort à 8%. Pour l'exercice entier, les facturations sont attendues stables, grâce notamment à l'intégration de KPMG Consulting. La marge opérationnelle devrait être légèrement supérieure à 8%. Après une envolée à plus de 8% en début de matinée, la hausse du titre s'est complètement dégonflée. L'action ne gagne plus que 2,23% à 29,80 euros.Dans le secteur des SSII toujours, Unilog publie pour sa part une baisse de 1,2 % de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, à 141,9 millions. Sur neuf mois, il monte de 2,8 % à 451,5 millions. La croissance annuelle devrait atteindre 5 % et le résultat net devrait, dans l'ensemble, baisser dans les mêmes proportions qu'au premier semestre (-16%). Le titre est en hausse de 1,83% à 30,60 euros. Chez Sopra, les facturations du trimestre sont en recul de 2,4 % à 120,2 millions, et de 4 % à données comparables. En cumul sur neuf mois, elles augmentent néanmoins de 3,8 % à 385 millions (+0,2 % à données comparables). La croissance organique est attendue nulle ou légèrement positive. Sopra recule de 3,59% à 21,21 euros.Déception au contraire du côté d'Euro Disney, qui annonce pour sa part un chiffre d'affaires annuel 2001-2002 en hausse de 7% à 1,07 milliard d'euros, mais une baisse de la marge opérationnelle, à 175,7 millions d'euros, contre 185,2 millions un an plus tôt. Surtout, le résultat net ressort en perte de 33,1 millions, à comparer à un bénéfice de 30,5 millions en 2000-2001. L'action perd 4% à 0,47 euro.Hermès publie un chiffre d'affaires au troisième trimestre de 300,5 millions d'euros, en baisse de 2,6%. Le repli des ventes sur la période s'explique " exclusivement " par l'impact défavorable de l'évolution des devises (affaiblissement du dollar face au yen et à l'euro). Sur les neuf premiers mois de l'année, les ventes progressent de 0,7 %. A taux de change et périmètre constants, la croissance atteint 4,8 %. Le titre progresse de 1,77% à 143,60 euros.Lagardère annonce une hausse de 0,9% de son chiffre d'affaires sur les neuf premiers mois de l'année, à 9,5 milliards d'euros. La branche médias, qui contribue pour près des deux tiers aux facturations du groupe, affiche une progression de 6,1% à 5,9 milliards. Le groupe estime que l'activité sur neuf mois est "en ligne" avec l'objectif de stabilité des ventes annuelles (autour de 13,3 milliards d'euros). L'action cède 1,60% à 41,74 euros.SR Téléperformance sort du lot. L'action progresse de 5,26% à 19 euros. Au troisième trimestre, le chiffre d'affaires a augmenté de 25%, à 201 millions d'euros. A périmètre et taux de change constants, la croissance ressort à 10%. Même tendance sur neuf mois, avec un volume de 646,7 millions d'euros. A l'inverse, dans la communication toujours, Vivendi Universal reste faible. L'action plonge encore de plus de 10%, à 11,19 euros, à la suite d'un chiffre d'affaires à neuf mois jugé décevant et des difficultés apparentes de placement des 20% de Vivendi Environnement. Par ailleurs, les marchés s'inquièteraient d'une surenchère dans le cadre des droits de retransmission du championnat de France de football.Air France a publié une hausse de 0,9% de son activité au cours du deuxième trimestre de l'exercice 2002-2003 (période de juillet à septembre). Le chiffre d'affaires s'établit à 3,23 milliards d'euros. L'amélioration est notamment sensible dans le fret : + 6,8 % à 347 millions. Pour l'activité passager, pénalisée par la grève des pilotes au mois de septembre, les facturations ont augmenté de 0,2 % à 2,7 milliards. Pour l'ensemble du semestre, le chiffre d'affaires a baissé de 0,5 % à 6,55 milliards. La direction de la compagnie aérienne indique que, malgré l'impact de la grève estimé à 80 millions d'euros de manque à gagner, le résultat d'exploitation du premier semestre sera meilleur que celui constaté l'an dernier à la même époque. L'action Air France joue au yo-yo depuis le début de la matinée. Elle cède actuellement 0,56% à 10,62 euros.On attend ce soir, après la clôture, la publication des chiffres d'affaires du troisième trimestre de Pernod Ricard (-1,34% à 103,40 euros), Publicis (-2,14% à 21 euros), Vinci (-1,44% à 58,15 euros) et Transiciel (-3,78% à 8,15 euros), ainsi que les facturations annuelles d'Elior (+0,90% à 4,50 euros). Denis LantoineCopyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.