Imerys a vu ses profits fondre de 43% l'an dernier

 |  | 290 mots
Comme il l'avait annoncé en novembre dernier, le spécialiste des matériaux de construction Imerys a enregistré une nette dégradation de ses comptes en fin d'année dernière. Affecté par un résultat exceptionnel négatif de 60 millions d'euros, le résultat net 2001 du groupe français est tombé à 79 millions d'euros, soit une diminution de 43,7% par rapport aux 140,4 millions engrangés sur l'année 2000.Cette chute brutale des profits de l'entreprise s'explique notamment par une charge de restructuration de 15 millions d'euros à laquelle s'ajoutent les 42 millions d'euros de provisions passées au titre des dépréciations d'actifs. A 344 millions d'euros, le résultat d'exploitation ressort stable d'une année sur l'autre pour un chiffre d'affaires de 2,90 milliards d'euros, en hausse de 3,3%. Imerys précise néanmoins dans son communiqué que la hausse de ses recettes est largement attribuable aux acquisitions réalisées l'an dernier puisqu'à périmètre et taux de change constants, le chiffre d'affaires recule de 4,3%.Malgré les efforts de restructuration mis en oeuvre par le groupe pour faire face à la dégradation de la conjoncture, l'avenir d'Imerys reste incertain. "Depuis le début 2002, les activités du groupe continuent de subir les effets du ralentissement économique enregistré au cours du second semestre 2001 et il est, à ce stade, difficile d'estimer quand interviendra la reprise économique mondiale attendue", peut-on lire dans le communiqué de la société.Dans l'attente de la publication de ces chiffres, l'action Imerys a rebondi de 1,48% sur la séance de lundi pour finir à 123,30 euros. Mardi, le titre avance encore de 2,76% à 126,70 euros. A la faveur du rebond des valeurs cycliques, Imerys affiche une hausse de plus de 17,5% de son cours de Bourse depuis le début de l'année.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :