eBay affirme la solidité de ses perspectives de croissance

 |  | 578 mots
Lecture 3 min.
Numéro un mondial des enchères en ligne, eBay, qui a publié des bénéfices trimestriels excellents il y a 15 jours, s'est prêté mercredi à un exercice de style difficile en période d'incertitude. Les dirigeants du groupe ont tenté de convaincre un parterre d'analystes du potentiel de croissance de la société sur le long terme. Car, même si l'entreprise réaffirme les prévisions annoncées il y a tout juste deux semaines, certains investisseurs estiment aujourd'hui qu'elle est surévaluée.C'est pourquoi, Meg Whitman, la PDG du groupe s'est efforcée de bien mettre en valeur tout le potentiel d'eBay sur le long terme, notamment grâce à la croissance rapide de son activité à l'international, dont elle se dit elle-même surprise. "Je ne me rendais pas compte que le modèle [d'eBay, ndlr] était universellement aussi pertinent. Par exemple, je me demandais si ça décollerait au Brésil, en Argentine ou en Allemagne", a-t-elle expliqué. Avant de se dire sûre, désormais, que les ventes de la branche internationale, qui rassemble 27 pays, surpasseront le chiffre d'affaires américain d'ici 2005. Pour l'instant, eBay ne réalise que 26% de ses revenus hors des Etats-Unis, mais le chiffre d'affaires à l'international génère actuellement une croissance à trois chiffres. Au troisième trimestre, les revenus américains ont augmenté de 52%, tandis que les ventes dans le reste du monde ont fait un bond de 163%. Meg Whitman a assuré que le site connaîtrait des taux de croissance forts pendant au moins cinq ans encore.Par ailleurs, la PDG a souligné tout le potentiel de PayPal le système de paiement en ligne racheté en juillet dernier. eBay prévoit en effet d'utiliser PayPal en dehors de ses propres sites Web, afin de développer de nouveaux revenus. Enfin, eBay veut dans l'avenir donner du poids à son offre de produits à prix fixes, un format que certains acheteurs préfèrent au système d'enchères. De quoi conforter, pour Meg Whitman, la prévision de 3 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2005 (hors PayPal), c'est-à-dire plus de deux fois celui de cette année.L'intervention de Meg Whitman semble avoir fait changer d'avis certains analystes. "Le titre est cher, mais je pense que certaines personnes trouvent que cela vaut le coup. C'est une société qui a l'air très confiante pour le futur. Elle ne semble pas avoir de problèmes particulier", a commenté un analyste de Bancorp Piper Jaffray, le même qui avait émis des doutes sur les prévisions faites par eBay il y a deux semaines.En dévoilant 15 jours plus tôt qu'il tablait pour 2003 sur un bénéfice par action hors exceptionnel de 1,12 à 1,15 dollar, eBay avait insisté sur le fait qu'il préférait poursuivre ses investissements, quitte à afficher des bénéfices un peu moins élevés. Un argument qui n'avait convaincu qu'a demi certains analystes. D'autant que le titre est cher : sur la base des prévisions de résultats réaffirmées par les dirigeants, l'action eBay se paie actuellement environ 54 fois ses bénéfices prévisionnels 2003, alors que le multiple moyen des sociétés du S&P 500 est de 17. En milieu de matinée jeudi, l'action eBay gagnait 1,17% à 63,24 dollars. Depuis le début de l'année, le titre recule d'un peu moins de 5% alors qu'Amazon, qui se paye actuellement plus de 90 fois ses bénéfices 2003, a gagné 76%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :