Priceline victime de la crise de l'aérien

 |  | 540 mots
Lecture 3 min.
Le voyagiste en ligne Priceline est frappé par la crise de l'aérien qui affecte toutes les grandes compagnies américaines (lire ci-contre). Du coup, Priceline a passé un mauvais troisième trimestre, sur fond de recul de ses ventes. Et la tendance devrait se poursuivre ces prochains mois, a également averti la société.Car Priceline est victime de la stratégie adoptée par les compagnies aériennes américaines: alors que le redémarrage de la demande se fait attendre depuis les attentats du 11 septembre, les nombreuses compagnies qui se bousculent sur un tarmac devenu trop étroit rivalisent pour offrir des promotions toujours plus alléchantes. Et cette concurrence acharnée commence à coûter cher à Priceline. Au troisième trimestre, son chiffre d'affaires est tombé à 240 millions de dollars, soit 20% de moins qu'il y a un an. Le résultat par action est à peine à l'équilibre. Certes, les analystes avaient anticipé une contraction, mais ils ne s'attendaient pas à une telle chute. Le consensus de Thomson First Call tablait sur des ventes de 262 millions de dollars pour un bénéfice par action de 1 cent. Si Priceline souffre autant, c'est qu'il est beaucoup plus exposé que ses concurrents aux ventes de billets d'avion. Inversant la tendance, Expedia, par exemple, a réussi à compenser la mauvaise conjoncture de l'aérien par des ventes solides de chambres d'hôtels. Ce qui lui a permis de dégager au troisième trimestre un bénéfice de 20,1 millions de dollars pour un chiffre d'affaires de 165,8 millions. De même, Hotels.com, le site spécialisé dans l'hébergement touristique à bas prix, propriété de Barry Diller, a largement profité du transfert des clients toujours à la recherche de prix intéressants, vers Internet et a publié un bénéfice de 22 millions de dollars.Le ciel américain n'étant pas sur la voie d'un redressement rapide, Priceline a donc décidé de s'aligner sur ses concurrents en renforçant cette source de revenus. C'est pourquoi ces prochains mois, il consacrera ses dépenses marketing à la partie hôtellerie, dont le résultat n'a pas réussi jusqu'à présent à compenser la contraction de l'activité billets d'avion. Par ailleurs, Priceline, un site d'enchères inversées qui offre aux internautes la possibilité de définir eux-mêmes le prix de leurs billets, va déroger à sa stratégie de base: il proposera également des produits à prix discount, mais fixes cette fois, grâce au rachat de Lowestfare.com, une alternative pour les clients de la société qui n'ont pas trouvé leur bonheur sur le site historique.En attendant, la société prévoit pour le quatrième trimestre, un résultat de -2 à 0 cent par titre, une estimation inférieure au bénéfice de 1 cent par action espéré par Wall Street. Le retour à la rentabilité est prévu pour le deuxième trimestre 2003. Mais Priceline espère que l'année 2003 sera supérieure à 2002. Pour résister à ces 6 prochains mois qualifié de difficiles, Priceline va réduire ses effectifs de 15%, soit 65 postes, dans le cadre de son repositionnement.A New York, le titre Priceline, après avoir gagné 10% mardi, chute de 32% en début de séance sur le Nasdaq à 1,57 dollar.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :