TMM veut réaliser six ou sept acquisitions dans les 18 mois

 |  | 350 mots
Lecture 2 min.
Quinze jours après avoir annoncé l'intention de l'Etat français de réduire la part de 38% qu'il détient au capital de son groupe, Thierry Breton, PDG de Thomson Multimédia (TMM), revient sur cette opération à l'occasion d'une interview accordée au Financial Times.Comme certaines sources proches du dossier l'avaient évoqué ces derniers jours, l'Etat souhaiterait vendre 10% du capital du groupe d'électronique grand public. A cette cession doit s'ajouter une augmentation de capital (lire article ci-contre). Au total, cette double opération représenterait 1,4 milliard d'euros, dont environ un tiers pour l'augmentation de capital. Dans son interview, Thierry Breton affirme que l'essentiel est de réaliser ces opérations aux meilleures conditions de marché, et donc de prix, possibles. Toutefois, il est fort probable qu'elles interviennent avant les élections législatives du mois de juin, TMM ne voulant pas risquer de les voir retardées en cas de changement de gouvernement, avance le quotidien britannique.Les montants récoltés dans le cadre de l'augmentation de capital, soit plus de 460 millions d'euros, serviront à financer des acquisitions, ajoute Thierry Breton. Pas moins de six à sept opérations de croissance externe sont envisagées par le groupe français dans les 18 prochains mois. Une stratégie de croissance ambitieuse qui a démarré dès vendredi avec le rachat de la société américaine Vidfilm, spécialisée dans les services vidéos de post-production numériques. Vidfilm a réalisé 50 millions de dollars de chiffre d'affaires l'an dernier. Les opérations à venir devraient être d'une taille supérieure sans toutefois atteindre les 2 milliards de dollars déboursés par TMM lors du rachat de Technicolor en 2000.Les propos de Thierry Breton ont peu fait réagir le titre lundi à la Bourse de Paris. A la clôture, l'action TMM s'effrite en effet 0,48% à 29,15 euros. Annoncé le 12 février dernier, l'appel au marché via la cession de titres détenus par l'Etat et l'augmentation de capital, a déjà beaucoup pesé sur le titre ces derniers jours. Depuis, la valeur a en effet abandonné plus de 15%.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :