Accor a limité les dégâts en 2001 et attend la reprise fin 2002

 |  | 473 mots
Lecture 2 min.
Numéro un d'un secteur particulièrement touché par le ralentissement économique et les conséquences des attentats du 11 septembre, très présent en outre aux Etats-Unis, Accor ne pouvait pas prétendre à réaliser des miracles financiers en 2001. Les résultats publiés ce matin, stables par rapport à 2000, ont donc de quoi rassurer les investisseurs : Accor a légèrement amélioré sa rentabilité, affichant un résultat net part du groupe de 474 millions d'euros, en hausse de 6%, pour un chiffre d'affaires de 7,29 milliards, en progression de 4%. Le résultat courant avant impôts, à 758 millions d'euros, progresse de 0,9%, et le bénéfice net par action de 5,3% à 2,40 euros. Le dividende devrait donc augmenter de 5%, à 1,05 euro.Selon le consensus établi par JCF Group, les analystes tablaient en moyenne sur un résultat net part du groupe de 444 millions d'euros, en très léger recul par rapport à 2000. Dès la fin septembre, Accor avait prévenu que l'impact des attentats aux Etats-Unis ramènerait le résultat avant impôts à un niveau proche de celui de 2000 (751 millions). Pour expliquer sa bonne résistance à la dégradation de l'environnement économique du secteur, Accor souligne dans un communiqué que "la répartition géographique équilibrée et la diversité du portefeuille de ses activités" lui ont permis de compenser l'impact des attentats sur l'hôtellerie de luxe et le marché américain. En particulier, précise-t-il, "l'hôtellerie économique en Europe et les Services [aux entreprises] ont été particulièrement performants avec des résultats avant impôt qui ont progressé respectivement de 12,2% et 42,9%".Pour 2002, Accor table sur "un redressement de la conjoncture économique aux Etats-Unis puis en Europe" à partir du second semestre. Et prévoit des progressions du revenu par chambre disponible (RevPAR) de 2,4% pour l'hôtellerie d'affaires et de loisirs en Europe, de 3,6% pour l'hôtellerie économique européenne et de 0,3% pour l'hôtellerie économique aux Etats-Unis. Pour l'instant, note le groupe, l'heure est encore au ralentissement : "à fin février 2002, les RevPAR sont inférieurs à ceux de 2001 à l'exception de l'hôtellerie économique en Europe". Accor, qui gère quelque 415.000 chambres dans 3.700 hôtels de 90 pays, prévoit pour 2002 de créer 25.116 chambres dans 224 hôtels. En revanche, la branche Services bénéfice d'une "forte croissance" et le volume d'émission des tickets restaurants et autres chèques services devrait progresser de 10,2%. Le communiqué sur les résultats et la présentation prévue aux analystes ne précisent pas les intentions du groupe sur le marché des casinos après l'échec de sa tentative de reprise du groupe Européenne de casinos, finalement en passe de tomber dans l'escarcelle du groupe Partouche.A la Bourse de Paris, l'action Accor termine la séance de mercredi sur une hausse de 3,98% à 45,75 euros portant ainsi ses gains à 12,05% sur l'année.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :