Jacques Chirac détaille son programme économique

 |  | 491 mots
Lecture 2 min.
Retraites, 35 heures, impôt sur le revenu, chômage: tels sont les grands thèmes qu'a abordé le président-candidat, Jacques Chirac, venu à Saint-Cyr-sur-Loire, à côté de Tours, y présenter son programme économique et social. Concernant l'impôt sur le revenu, le président de la République a suggéré une baisse de 5% pour l'année 2002 et un allègement d'un tiers dans les cinq années de la prochaine législature. "La priorité doit être donnée à l'allègement de l'impôt sur le revenu. Cela concernera plus de 15 millions de foyers", a-t-il déclaré. Parallèlement, Jacques Chirac a plaidé pour une réforme de la taxe d'habitation, en "concertation avec les représentants des collectivités locales". Cette taxe "a vieilli et, dans bien des cas, elle est devenu inéquitable", a-t-il argumenté.Autre sujet brûlant: les 35 heures. Le candidat souhaite l'assouplissement de la loi tout en précisant que l'horaire légal de travail ne serait pas modifié en cas de victoire de la droite. Jugeant "autoritaire et uniforme" la manière dont a été conduite la réduction du temps de travail, qualifiée de "coûteuse et inadaptée", Jacques Chirac souhaite assouplir la loi actuelle sur la base de deux principes: "la liberté des salaires" pour permettre à "ceux qui peuvent et veulent travailler plus" de le faire et de "gagner plus"; "la prise en compte de la diversité des réalités économiques et des entreprises".Quant aux retraites, Jacques Chirac s'est déclaré favorable à des "fonds de pension à la française" et à l'affectation d'une partie des recettes des privatisations pour sauvegarder le système de retraite par répartition. Le reste des recettes générées par la vente d'actifs publics serait consacré à des "dépenses d'investissement". A propos de la durée de la vie active, Jacques Chirac pense qu'il faut "organiser la liberté pour ceux qui veulent, et qui peuvent travailler plus longtemps, de le faire et d'augmenter ainsi leur retraite". Globalement, le Président souhaite surtout alléger la fiscalité des entreprises, simplifier les procédure administrative et renforcer leur sécurité juridique afin de rendre à la France son attractivité économique. Objectif affiché: "doubler dans les cinq prochaines années le nombre des entreprises créées, soit un million d'entreprises en plus". Et ce tout en maîtrisant les dépenses publiques. Sur le thème de la jeunesse, il s'est également montré favorable à la création d'un "RMI jeune", qui aurait pour objectif non pas d'assister les moins de 25 ans, mais de leur donner les "moyens de réaliser un projet d'insertion, un projet associatif ou un projet humanitaire". Il a également proposé que chaque jeune Français puisse avoir "droit à la formation en alternance" et un "contrat sans charges" pour l'embauche en entreprises "des jeunes de moins de 22 ans qui n'ont pas pu poursuivre leurs études au-delà du niveau bac + 2".latribune.fr, avec AFP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :