Un entretien avec Nick Galtos, président de Dale Carnegie

 |  | 974 mots
Lecture 5 min.
Fin 2001, le groupe a souhaité renforcer son implantation en France et s'est rapproché d'un spécialiste du développement de sociétés de formation en réseau. Nick Galtos, également propriétaire de la master franchise Wall Street Institute en France et en Suisse, a pris la présidence d'une société dont il détient 60 %, destinée à implanter l'enseigne Dale Carnegie en France. Yves Sassi : Quels sont les éléments qui vous ont séduits dans le concept de Dale Carnegie ?Nick Galtos : Le monde de l'entreprise évolue sans cesse. Fusion, acquisition, mondialisation, Internet... Tous ces phénomènes tendent à déstabiliser les individus qui ont de plus en plus besoin de constituer des repères, d'affirmer leur identité au sein des équipes. L'individu doit affronter de nouvelles demandes. Il ne s'agit plus seulement d'améliorer les compétences techniques, mais d'apporter à chacun des "attitudes, des comportements" qui l'aident à évoluer. C'est ce que propose Dale Carnegie.Le groupe dispose tout d'abord d'un savoir-faire incontournable dans le monde du coaching et de la formation des hommes. Cinq millions de personnes ont été formées et sur les 500 entreprises classées par le magazine Fortune, 400 sont ou ont été clientes du groupe. Le monde de la formation a été fortement influencé par les théories et les techniques de Dale Carnegie, notamment grâce au livre écrit en 1935 par Dale Carnegie : How to make Friends and influence People, traduit en 1938 en France, sous le titre : Comment se faire des Amis pour réussir dans la Vie. Quelle structure allez-vous mettre en place pour développer cette nouvelle enseigne en France ?La construction d'une entreprise repose essentiellement sur les hommes qui la composent. Ensuite, viennent les stratégies, puis les capitaux qui sont investis. Je me suis entouré de gens que je connais bien qui ont été mes collaborateurs chez Wall Street. Fabrice Courdesses devient notre Directeur Général, en charge du développement. Henri ANCEL est directeur financier. Tous deux ont fait leurs preuves au sein de Wall Street et dans leurs précédents postes.Le monde de la formation est un domaine que nous connaissions bien, qui est en constant développement. Nous disposons de plus de 5 spécialistes chargés de la formation de nos partenaires. Ils sont eux mêmes formés et "agréés" par le groupe Dale Carnegie. Enfin, pour répondre précisément, notre investissement initial est de l'ordre de 500.000 euros, destinés à l'organisation de la structure et à notre communication.Parlez-nous des formations qui sont dispensées par les centres Dale Carnegie.Les formations Dale Carnegie sont essentiellement axées sur la valeur personnelle des hommes, sur leurs capacités à s'élever, à affirmer leurs compétences humaines. Le développement des qualités humaines a un effet immédiat et primordial sur les résultats des entreprises. Le principe de base est d'améliorer les performances de l'individu et par voie de conséquence, de l'entreprise. Trois types de formations sont proposées : management, communication et vente. Ces formations sont essentiellement axées, non pas sur les techniques elle mêmes, mais sur les méthodes pour réussir dans son domaine. Mieux communiquer avec "les autres" : supérieurs, collaborateurs, équipes de vente, clients... L'objet de ces stages est d'améliorer les qualités de l'individu (ou les mettre en évidence) pour que le "collectif" en bénéficie.Lorsque je me suis rendu au siège du groupe, j'ai compris qu'il disposait d'un savoir-faire incontournable dans son domaine, d'une réputation et d'une image fortes. Ce savoir-faire est un capital destiné aux formateurs qui disposeront non seulement de stages très pointus, mais aussi du capital confiance dont bénéficie l'entreprise.Qui sont plus précisément les clients de Dale Carnegie ?Nos formations sont destinées à tous ceux qui souhaitent progresser dans leurs activités : chercheurs d'emploi, étudiants voulant être plus efficaces dans la présentation de leurs thèses, chefs d'entreprise et managers dont le rôle est d'animer, de dynamiser, de faire évoluer leurs équipes. Mais ce peut être également les créateurs d'entreprise... J'insiste, c'est le capital humain qui est important dans notre logique de formation. Les progrès individuels renforcent les résultats collectifs.Quels sont vos objectifs en matière de développement ?Nous souhaitons mettre en place un réseau d'une vingtaine de partenaires qui eux mêmes devront développer leur propre entreprise dans le secteur géographique qui leur sera confié. Nous souhaitons partager notre développement avec des chefs d'entreprise ou hommes d'affaires qui ont une bonne expérience du monde de la formation, ou qui souhaitent recentrer leur activité dans ce secteur. Ils bénéficieront d'une formation très pointue de 180 heures, dispensée dans les domaines du management, de la communication et de la vente. Leur objectif, ensuite, sera de prospecter les entreprises, mais aussi les particuliers. Le chiffre d'affaires devant se répartir à peu près équitablement entre ces deux secteurs. L'investissement pour s'installer n'est pas très élevé. Le droit d'accès est de l'ordre de 20.000 Euros. Ensuite, il n'est pas nécessaire de disposer de locaux pour les formations puisque la plupart d'entre elles se passent en entreprise ou dans des salles de réunion, louées pour la circonstance.Je précise également que nous développerons les centres en région parisienne en interne, ceci afin de ne pas être déconnectés du terrain. Ces centres nous permettront de maîtriser les techniques de développement, d'apporter à l'ensemble du réseau des contrats nationaux dont ils bénéficieront dans les régions. Ils seront aussi les centres de formation de nos partenaires et de leurs équipes. Formation sur les métiers du groupe et également formation commerciale et de gestion.Contact Fabrice COURDESSESTel : 01.56.60.53.15

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :