Wanadoo aura creusé ses pertes en 2001

 |  | 326 mots
Lecture 2 min.
Parmi les filiales cotées de la "galaxie" France Télécom, c'est Wanadoo qui ouvrira le bal des publications de résultats. Le fournisseur d'accès à Internet doit en effet présenter les chiffres de son activité 2001 demain avant l'ouverture des marchés. Des chiffres qui devraient confirmer la forte croissance du groupe au détriment de sa rentabilité.Selon les attentes des analystes relatées par le consensus Ibes, le chiffre d'affaires réalisé par Wanadoo l'an dernier atteindrait 1,57 milliard d'euros, soit une hausse de 41% par rapport aux 1,11 milliard engrangés en 2000. Une croissance particulièrement élevée, imputable à la forte progression du nombre d'abonnés de la filiale de France Télécom, qui depuis mars 2001 intègre également au sein de son périmètre l'activité du britannique Freeserve, acquis fin 2000. A eux deux, Wanadoo et Freeserve rassemblaient près de 6 millions d'abonnés à fin septembre contre un peu plus de 2 millions pour Wanadoo seul un an auparavant.Mais cette politique agressive de conquête de nouveaux clients a un coût et devrait particulièrement peser sur les comptes de Wanadoo. Le fournisseur d'accès aurait ainsi creusé sa perte brute d'exploitation avant amortissements (Ebitda négatif) à 96 millions d'euros l'an dernier selon les prévisions des analystes (consensus Ibes). Une perte près d'une fois et demie supérieure à celle de 66,4 millions d'euros essuyée en 2000.Mais 2002 s'annonce mieux pour la filiale de France Télécom, qui prévoit de renouer avec la rentabilité au quatrième trimestre. Un objectif qui a toutes les chances d'être atteint si l'on considère la prévision d'un excédent brut d'exploitation d'environ 15,81 millions d'euros attendu par les analystes cette année.Pour l'heure, l'action Wanadoo reste soumise aux pressions qui affectent l'ensemble des valeurs technologiques. Lundi, le titre a cédé 1,48% pour finir à 6,01 euros. La valeur affiche une légère progression depuis le début de l'année (6,75%).latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :