Premier recul des ventes en ligne au troisième trimestre

 |  | 511 mots
Lecture 2 min.
Même si les deux plus grands noms du commerce électronique, Amazon et eBay, ont publié récemment des résultats solides, les ventes en ligne n'échappent pas à la morosité de la conjoncture économique, ni à l'entrée du secteur dans une phase de maturité. Un double phénomène qui pourrait bien s'affirmer sur la fin de l'année. Au troisième trimestre, le voume d'affaires du commerce sur Internet a régressé par rapport au trimestre précédent, pour la première fois de son histoire, selon une étude publiée par l'institut Forrester Research. Dix-sept milliards de dollars de biens et de services ont été vendus, contre 20 milliards sur les trois précédents mois, soit une baisse de 15%.La fin de l'année, traditionnellement propice aux commerçants, en raison de la saison des fêtes, ne sera donc pas aussi bonne qu'elle aurait dû l'être, affirme l'analyste de Forrester. Au total, les cyber-commerçants réaliseront plus de 20 milliards de dollars de chiffre d'affaires. Sur cette somme, 9,5 milliards de dollars seront dépensés pour les fêtes de Noël. Mais en moyenne les cyber-acheteurs dépenseront moins - environ 433 dollars par personne, contre 463 dollars l'an passé. Heureusement, cette baisse sera compensée par l'arrivée de nouveaux internautes. Selon Forrester Research, 4 millions de foyers feront pour la première fois une partie de leurs emplettes sur le Web en 2002. Une autre étude publiée par Jupiter Media Metrix prédit une croissance des ventes de fin d'année de 17%. Une hausse à comparer aux 29% de progression enregistrés en 2001 et aux 54% de l'année précédente. "Tout dépend de vos perspectives. Si vous êtes un distributeur brick-and-mortar [vendant à la fois dans des points de ventes traditionnels et sur Internet], 17% c'est énorme. Mais pour un détaillant online, c'est le taux le plus bas jamais enregistré", explique l'analyste de Jupiter, qui met en cause en premier lieu le ralentissement économique, mais aussi la fermeture de nombreux sites d'e-commerce (etoys.com, pets.com, etc...) et le recentrage de certaines stratégies. En outre, certaines catégories de produits, comme les meubles, ne se prêtent manifestement pas à la vente en ligne. Tous les cyber-commerçants ne sont évidemment pas logés à la même enseigne, et les les plus puissants tirent leur épingle du jeu. Au troisième trimestre eBay est parvenu à accroître son chiffre d'affaires de 8% par rapport au deuxième (à 288,8 millions de dollars), tandis que les ventes d'Amazon, à 851 millions, ont progressé de 5,6% en trois mois. Le chiffre d'affaires du groupe de Jeff Bezos devrait dépasser 1,3 milliard sur le quatrième). Grâce notamment à des pratiques commerciales aggressives et coûteuses, à commencer par la gratuité des frais de port. Car le commerce électronique confirme que les méthodes de promotion traditionnelle peuvent être tout aussi efficaces sur Internet. Yahoo!, qui vient ainsi de renouveler son opération "Les plus grandes ventes de l'histoire du Web", a permis à ses partenaires marchands de faire croître leurs ventes de 45% en une semaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :