350 millions d'euros d'argent public pour Bull

 |  | 338 mots
Quatre mois après l'annonce d'une avance de trésorerie de 100 millions d'euros concédée à Bull, l'Etat français remet au pot. Le groupe informatique vient d'annoncer qu'il bénéficierait d'une aide financière supplémentaire, qui pourrait aller jusqu'à 350 millions d'euros.Cette nouvelle manne doit donner les moyens à Bull de mettre en place un plan de redressement, baptisé "plan d'Avenir", dévoilé en fin d'après-midi par Pierre Bonelli, qui a succédé à Guy de Panafieu à la tête du groupe. Un programme qui doit permettre à la société de dégager une marge opérationnelle à l'équilibre au second semestre de cette année, a précisé Pierre Bonelli lors d'une conférence de presse. Et pour redresser sa rentabilité, Bull prévoit tout d'abord "une réduction drastique des coûts de structure", cette mesure incluant la suppression de 1.500 postes, soit près de 10% de l'effectif actuel. Une simplification de l'organisation du groupe est également évoquée, sans plus de précisions. Pour l'heure, l'entreprise est organisée autour de trois divisions principales : les serveurs, l'infrastructure et les systèmes, les services de maintenance. A ces mesures doit également s'ajouter "le renouvellement des équipes de direction et la restauration d'une convergence étroite entre les différents métiers du groupe", peut-on lire dans le communiqué.Ce plan de redressement a été annoncé en même temps que les résultats de l'exercice 2001. Fortement dégradé, le résultat net ressort en perte de 253 millions d'euros à comparer à la perte nette de 242,8 millions d'euros -sur une base pro forma- essuyée en 2000. Ce chiffre concorde d'ailleurs avec la prévision la plus pessimiste des analystes sondés par Ibes. Le chiffre d'affaires 2001 diminue pour sa part de 8,7% à 2,54 milliards d'euros pour une perte d'exploitation de 98,5 millions d'euros. L'action Bull est restée suspendue de cotation ce jeudi à la Bourse de Paris. Euronext a néanmoins indiqué que les échanges reprendraient demain matin. Mercredi, le titre avait fini la séance en repli de 1,92% à 1,02 euro.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :