PPR plonge en Bourse après un avertissement tardif sur ses résultats 2001

 |  | 414 mots
Lecture 2 min.
Le groupe Pinault Printemps Redoute (PPR) n'avait pas jugé bon de réviser, comme nombre d'autres entreprises, ses ambitions à la suite des attentats du 11 septembre aux Etats-Unis. Le groupe dirigé par Serge Weinberg voulait croire en sa capacité à atteindre les objectifs annoncés quelques jours avant le drame, à savoir "une croissance de 15% du chiffre d'affaires, une progression du résultat d'exploitation d'un même ordre de grandeur et une croissance à deux chiffres du résultat net". L'exercice 2001 vient à peine de se terminer et PPR doit se rendre à l'évidence : il lui est impossible de tenir de tels objectifs.Dans un communiqué publié ce matin, le groupe fait en effet savoir qu'il a réalisé en 2001 un chiffre d'affaires "de l'ordre de 27,8 milliards d'euros", soit une croissance supérieure à 12% par rapport à 2000. PPR précise tabler pour l'exercice sur une croissance du résultat d'exploitation "de l'ordre de 4%", et sur un résultat net avant amortissement des survaleurs "au même niveau que celui de 2000".A la Bourse de Paris, les investisseurs n'apprécient pas du tout cet ajustement très tardif des prévisions de PPR. Le titre, qui a démarré la séance sur un plongeon de près de 7%, accentue sa chute au fil des heures. En fin clôture, il dévisse de 9,02% - soit la plus forte baisse du SRD - à 128,10 euros. La décision de l'agence de notation Standard & Poor's de placer sous surveillance, avec implication négative, les notes à long terme "BBB" et également celles à court terme "A-2" du groupe ajoute à la défiance du marché.Pour jutifier un tel avertissement sur ses résultats, la direction de PPR avance la détérioration des conditions économiques sur le continent nord-américain. Dans un communiqué, PPR souligne que "du fait de la dégradation de la conjoncture aux Etats-Unis pour les activités de distribution et de l'impact des événements du 11 septembre sur le secteur du luxe, les activités du groupe ont connu un net ralentissement au quatrième trimestre". PPR fait notamment état d'une décroissance de son chiffre d'affaires de l'ordre de 240 millions d'euros en Amérique du Nord sur le trimestre.Par ailleurs, "le groupe ne prévoit pas d'amélioration de la conjoncture économique en 2002", avertit PPR qui dans ce contexte affirme que sa priorité "reste l'amélioration de l'efficacité opérationnelle et la réduction des coûts, avec pour objectif d'obtenir une amélioration de la rentabilité".latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :