Détérioration de la confiance des ménages américains

 |  | 437 mots
Lecture 2 min.
Le répit aura été de courte durée. La confiance des ménages américains s'est largement détériorée au mois de décembre, après le léger mieux du mois dernier. L'indice de confiance des consommateurs, calculé par le Conference Board, s'est établi à 80,3, contre 84,9 (chiffre révisé à la hausse) le mois précédent. Il s'agit là du sixième mois sur sept de baisse de l'indicateur. Si les économistes pronostiquaient un chiffre de 85,5 pour décembre, cette baisse de la confiance des ménages ne constitue pas pour autant une totale surprise. En effet, au mois de décembre, les marchés financiers se sont contractés, tandis que les inquiétudes se sont multipliées concernant les perspectives de l'emploi. En décembre, le taux de chômage devrait en effet rester inchangé à 6%, malgré 20.000 créations d'emploi, selon le consensus Reuters. Ce qui n'est pas forcément une bonne nouvelle, puisque novembre avait marqué une forte détérioration du marché de l'emploi. Le taux de chômage avait augmenté de 0,3 point à 6% et 40.000 emplois avaient été détruits.Or, ces deux facteurs - emploi et marchés financiers - influencent particulièrement l'attitude des consommateurs. Cette baisse de moral n'est donc pas de bon augure pour l'état de la conjoncture américaine, dans la mesure où les dépenses des consommateurs contribuent pour les deux tiers à l'économie outre-Atlantique. D'ailleurs, la période des fêtes, marquée par la faiblesse des ventes de détail dans les magasins, a déjà donné le ton de l'état d'esprit des consommateurs.Sur les marchés américains, les indices, après avoir ouvert en hausse, sont dans le rouge. Deux heures après le début des échanges, le Dow affiche un repli de 0,39% tandis que le Nasdaq se contracte de 0,36%. A Paris, le CAC 40 termine quant à lui dans le vert, à +1,28%.Les regards vont maintenant se tourner vers les chiffres de l'industrie manufacturière qui seront publiés jeudi 2 janvier. Si la confiance des ménages est une composante importante du soutien de la première économie mondiale, la confiance des directeurs d'achats (Institute of Supply Management - ISM) l'est tout autant, dans la mesure où la reprise de l'investissement est indispensable à un éventuel rebond. Or, l'indice du mois de novembre qui s'est établi à 49,2 avait été décevant, restant donc pour le troisième mois consécutif sous la barre des 50, indiquant une contraction de l'activité. Pour cette fin d'année, les économistes interrogés par Reuters attendent cette fois une légère amélioration, avec un indice à 50,3.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :