Entretien avec Franck Provost et Marc Aublet, directeur du développement

 |  | 1147 mots
Lecture 5 min.
Après avoir obtenu son diplôme, il est rapidement devenu l'un des professionnels reconnu, recherché par de grands groupes comme L'Oréal pour participer à des congrès, démonstrations, salons et autres événements du monde de la coiffure. Ensuite, c'est Jean-Pierre Foucault qui a fait appel à lui pour coiffer les participants à ses émissions. Parallèlement, Franck Provost développait son réseau de salons de coiffure. Le premier avait été créé en 1976 à Saint Germain en Laye. En 1995, il en possédait une vingtaine en propre. C'est à cette époque qu'il décide de développer son réseau en franchise. C'est à ce moment que Marc Aublet a rejoint l'équipe de Franck Provost. En 1995, votre réseau comptait une vingtaine de succursales. Pourquoi avoir décidé de vous lancer dans la franchise?Franck Provost - Je serais tenté de dire que ce premier développement s'est fait un peu malgré moi. Les équipes de coiffeurs que j'ai formés souhaitaient évoluer dans leur carrière, ce qui est naturel. Plutôt que de les voir partir ailleurs, ou même créer leur propre salon, j'ai rapidement compris que je pouvais leur proposer d'évoluer en même temps que le réseau. Je les ai donc associés aux créations de nouveaux salons. Petit à petit, j'ai donc ouvert, en association avec certains, de nouvelles implantations. C'était un peu le système des stocks options avant l'heure. Puis le développement des autres enseignes m'a fait comprendre que je devais accroître plus rapidement le réseau. Comme nous étions sollicités par des jeunes qui souhaitaient créer leur propre salon, les premières franchises ont été implantées.Je me suis entouré de spécialistes dont Marc Aublet et c'est ainsi que nous avons ouvert plus de 200 points de vente en 5 ans. Mais notez bien que si l'on veut réussir dans ce type de métier, il est indispensable de rester proche du terrain. C'est pour cela que nous poursuivons parallèlement notre politique d'ouvertures de succursales. Si l'on veut être un "bon" franchiseur, il faut également être un bon exploitant de points de vente. De plus, il est indispensable que tous les salons soient logés à la même enseigne. Succursales et franchises ont les mêmes conditions : royalties, rémunérations des salariés, marges sur les produits... Si vous ne jouez pas le jeu, vos franchisés le savent et l'ambiance du réseau s'en ressent.N'oublions pas que nous faisons un métier de services. Que notre valeur se trouve dans les hommes et les femmes qui composent l'entreprise. Nous devons donc former des équipes compétentes et ayant une réelle complicité. Je passe pratiquement tous mes samedis avec Marc Aublet à rencontrer nos franchisés et les managers et équipes des succursales.Quels sont les moteurs de votre réussite ?Franck Provost - C'est toujours une question difficile, mais disons que la créativité est l'un d'entre eux. Ensuite, le concept de base a été de proposer un service de grande qualité, sans rendez-vous, dans un environnement soigné, une décoration étudiée à un prix raisonnable. Je voulais que nos coiffeurs aient une tenue professionnelle. Je voyais trop d'indépendants qui recevaient leur clients dans des tenues peu soignées. La qualité de présentation du salon et du personnel sont pour moi incontournables. On fait un métier lié à la mode.Votre fils, qui dirigeait jusqu'à présent son propre salon, est maintenant à vos côtés à la direction du style. C'est une étape importante dans la vie du réseau ?Franck Provost - C'est une étape normale de la vie d'une entreprise. Fabien a fait ses preuves en créant son propre salon qui est l'un des plus performants du réseau. Aujourd'hui, il apporte du sang neuf à l'entreprise, il complète une équipe. Sa soeur Olivia nous a également rejoint et s'occupe de la presse après avoir fait ses armes aux USA dans ce métier.Vous êtes aujourd'hui à la tête de 260 salons, une trentaine d'ouvertures sont déjà programmées dans les semaines qui viennent, votre nouveau réseau Fabio Salsa a atteint une vingtaine d'implantations... quels sont vos projets ?Franck Provost - Le développement se poursuit au rythme d'une ouverture par semaine. Il faut savoir qu'il existe en France environ 50.000 salons de coiffure. dont seulement 6 à 7 % appartiennent à une enseigne.Quand on sait également, qu'en moyenne, un salon isolé réalise 500.000 francs par an alors qu'un salon sous enseigne atteint 2 millions de francs, on comprend pourquoi le marché est encore large. Mais nos candidats sont en grande majorité de jeunes coiffeurs. Ils représentent les deux tiers des nouveaux franchisés pour une moyenne d'age inférieure à 30 ans.L'international fait également partie de nos objectifs. Nous avons signé des contrats de Master franchise en Espagne et en Italie. Nous sommes également présents aux Philippines, au Canada, Pologne, Belgique, Suisse, Corée, Maroc et nous nous installons à Moscou.En France, nous estimons que nous avons un potentiel de 500 implantations sous chacune des deux enseignes. Tout reste à faire pour ce qui concerne le réseau Fabio Salsa, mais son expansion prend un rythme de croisière comparable à celui de Franck Provost.C'est d'ailleurs une enseigne qui permet à nos franchisés de se développer sur leur propre territoire sous une autre marque. Beaucoup de nos partenaires sont propriétaires de plusieurs salons. Jusqu'à une vingtaine pour l'un d'entre eux.Le réseau Fabio Salsa est né d'une réaction que Franck Provost a voulu apporter à une concurrence très directe de Jean-Claude Biguine. Aujourd'hui, après la tempête qu'a déclenché cette création dans le monde de la coiffure, cette enseigne est destinée à apporter une alternative au réseau, en matière d'implantations. La cible de clientèle est plus jeune, plus branchée et aussi moins argentée. Mais l'idée que s'en fait Franck Provost est tout aussi professionnelle et l'objectif n'est absolument pas d'en faire le parent pauvre du groupe, mais une entité à part entière, bénéficiant de tout le savoir faire du groupe, de ses équipements (je vous conseille une visite dans l'Académie de coiffure du groupe. Une école de formation réalisée dans un cadre luxueux). Ce qu'il faut pour devenir franchisé Franck PROVOST- Un diplôme de coiffeur en poche, - Un apport personnel d'environ 250.000 F- Le droit d'entrée est de 40.000 Fht- Les royalties sont comprises entre 5.000 et 9.000 Fht par mois suivant le type d'implantation- Le montant global de l'investissement est de l'ordre de 900.000 F (hors pas de porte)- L'emplacement : 1Bis- Le groupe réalise un CA ht de 800 millions de Francs pour 260 implantations.- Le CA moyen est d'environ 2.5 MF suivant le type d'implantation. Franck PROVOSTMarc AUBLET - Directeur du Développement53, avenue Franklin-Rosevelt75008 PARIS01 56 59 12 34

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :