Thales a plongé dans le rouge en 2001 à cause de Racal

 |  | 514 mots
Parmi les dossiers sur lesquels était attendu Thales à l'occasion de la publication de ses résultats annuels, figurait notamment la société britannique Racal que le groupe français d'électronique de défense avait acquise début 2000. Or Racal a particulièrement pesé sur les comptes de Thales, ce dernier se voyant contraint de passer des amortissements exceptionnels pour constater la diminution de la valeur de sa filiale.Les amortissements exceptionnels ont en effet atteint 530 millions d'euros, dont 460 millions pour la seule filiale Racal. Toutefois, "l'acquisition de Racal a positionné Thales comme un acteur majeur de la défense au Royaume-Uni dont le budget militaire est le plus important d'Europe", tient à rappeler le groupe qui réaffirme "la pertinence stratégique" de l'opération et souligne que ses commandes ont augmenté de 128% au Royaume-Uni.Mais, même si elle est pertinente d'un point de vue stratégique, force est de constater l'impact négatif qu'a eu cette acquisition sur les comptes 2001: alors qu'il était bénéficiaire de plus de 200 millions d'euros en 2000, Thales essuie en effet au titre de 2001 une perte nette de 366 millions d'euros. Du côté des analystes sondés par Reuters, la prévision la plus pessimiste faisait ressortir une perte nette de 243 millions d'euros. Mais il est vrai que, compte tenu de l'incertitude du traitement comptable attribué à Racal, la fourchette d'estimation des analystes était large: certains prévoyaient même un bénéfice.Sur le plan de l'exploitation, le résultat est en revanche nettement plus conforme aux attentes. A 667 millions d'euros, contre 669 millions pronostiqués par le marché, il traduit une hausse de 18,9% par rapport à 2000. Mais l'activité de Thales a été pour le moins contrastée l'an dernier, le dynamisme des activités de défense (+37% de résultat d'exploitation) et d'aéronautique (+50% de résultat d'exploitation) permettant de limiter les difficultés rencontrées dans le pôle technologies de l'information (IT&S) qui affiche un résultat d'exploitation en chute de 42% suite à la crise dans le secteur des télécommunications.De la même façon, les marges d'exploitation ont été très disparates au sein du groupe même si la marge globale est quasi stable à 6,5% (déjà connu, le chiffre d'affaires du groupe a augmenté de 19,7% en un an pour atteindre 10,27 milliards d'euros). Dans la division défense, la marge est passée de 6,8 à 8%. Le gain est de 1,5 point à 6,9% dans l'aéronautique. En revanche, la marge du pôle IT&S a plongé de 6,9 à 3,1%.Pour l'exercice en cours, le groupe prévoit une hausse de 5 à 10% du chiffre d'affaires et "à deux chiffres" du résultat d'exploitation du pôle défense. L'aéronautique devrait quant à elle afficher une stabilité tant de ses ventes que de son résultat opérationnel. Enfin, la branche IT&S, particulièrement affectée en 2001, devrait connaître une "hausse significative" de l'opérationnel.En Bourse, l'action Thales a reculé de 2,67% à 40,10 euros jeudi après la publication de ces résultats. Elle ramène ainsi ses gains annuels à un peu plus de 4%.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :