Francis Mayer accède à la tête de la Caisse des Dépôts

2 mn

Candidat de l'Elysée, Francis Mayer, actuel vice-président de la Banque européenne d'investissement (BEI) a, comme attendu, été nommé directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC). Sa nomination, intervenue en Conseil des ministres ce matin, a été confirmée par Jean-François Copé, porte-parole du gouvernement. Pierre-Mathieu Duhamel, rival malheureux de Francis Mayer et dont la candidature était soutenue par Alain Juppé, se consolera avec la direction du Budget.Francis Mayer remplace donc Daniel Lebègue, dont le mandat est arrivé à échéance hier soir à minuit. Cette succession a déclenché un débat assez virulent dans les milieux politiques et économiques. De nombreux responsables politiques de tous bords, parmi lesquels Edouard Balladur, Raymond Barre ou le sénateur UMP Philippe Marini, mais aussi les principaux dirigeants du PS, ont ainsi affirmé ces dernières semaines leur soutien au directeur général sortant. Parmi les grands patrons, Gérard Mestrallet (Suez) ou Denis Kessler (Scor), entre autres, se sont également mobilisés pour tenter d'obtenir la reconduction à son poste de Daniel Lebègue. En vain. Les supporters de Daniel Lebègue soulignaient que le bilan de ce dernier à la tête de la CDC était tout à fait honorable et que sa stratégie n'était en rien contradictoire avec le projet du gouvernement. Certains, plus acerbes, jugeaient même que Francis Mayer n'avait pas le profil pour occuper une telle fonction, faute de l'expérience nécessaire à la direction d'une entreprise employant 38.000 personnes.Le gouvernement en a donc décidé autrement. A 52 ans, Francis Mayer, agrégé d'allemand et ancien élève de l'ENA, devient donc le patron de cet établissement public qu'il connaît tout de même bien puisqu'il fut membre de la Commission de surveillance de la Caisse des Dépôts de 1990 à 1994 (la Caisse étant alors dirigée par Philippe Lagayette, prédécesseur de Daniel Lebègue).A l'avenir, le profil de la Caisse des Dépôts et Consignations devrait nettement évoluer avec une séparation des missions d'intérêt général et de service public d'une part, et des activités concurrentielles d'autre part. Dans cette configuration, Eulia, qui regroupe les activités financières de la CDC et des Caisses d'Epargne, n'aurait pas vocation à rester dans le giron de CDC qui en détient 50,1%. C'est à Francis Mayer qu'il revient désormais de gérer ce dossier épineux (lire ci-contre).

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.