Nouvelle agitation autour du Crédit Lyonnais

En hausse de 3,36% en clôture vendredi, à 54,90 euros dans un volume de plus de 8 millions de titres, l'action Crédit Lyonnais a une nouvelle fois profité des manoeuvres - officielles ou non - suscitées par le bras de fer opposant pour l'instant BNP Paribas et le Crédit Agricole dans l'espoir d'en prendre le contrôle. Dernière péripétie en date : la vente, avant l'ouverture vendredi matin, d'un paquet d'environ 11,7 millions de titres, représentant quelque 3,35% du capital du Lyonnais. Cédé au prix de 56 euros par action, ce bloc a rapporté quelque 655 millions d'euros à son vendeur.... sur l'identité duquel les avis divergent : tandis que certains observateurs avançaient le nom de la Société Générale, d'autres assuraient que c'était le groupe allemand Commerzbank - officiellement décidé à vendre depuis plusieurs mois - qui a mis en vente la majeure partie de sa participation. Commerzbank et SG possèdent chacun environ 4% du capital du Crédit Lyonnais. Mais les deux groupes ont officiellement démenti être à l'origine de l'opération de ce matin. "Si quelqu'un a vendu des parts dans Crédit Lyonnais, ce n'est pas nous", a assuré un porte-parole du groupe allemand. L'espagnol BBVA et l'italien IntesaBCI ont eux aussi nié avoir vendu un tel paquet de titres, tandis qu'à Francfort, on doute qu'Allianz, actionnaire à 10% du Lyonnais via sa filiale française AGF, soit à l'origine de l'opération. Les investisseurs continuent donc de s'interroger sur le nom du vendeur, certains se demandant si la réponse n'est pas tout simplement à chercher du côté des fonds spéculatifs, l'un de ces hedge funds ayant tout simplement pû vouloir empocher les plus-values amassées ces dix derniers jours, puisque l'action Crédit Lyonnais a gagné 20% dans l'intervalle. Mais la question la plus importante porte évidemment sur l'acheteur de ces titres : Crédit Agricole ou BNP Paribas ? Difficile à dire, au lendemain de l'annonce officielle par la Banque verte de l'augmentation de sa participation dans le Lyonnais, portée de 10,5 à 12,17%, par le biais de l'achat de titres sur le marché. Le Crédit Agricole a ainsi consolidé sa position de deuxième actionnaire du Crédit Lyonnais derrière BNP Paribas, propriétaire de 16% après le rachat aux enchères du solde des parts de l'Etat (10,9%) complété par des achats sur le marché. L'achat du bloc de 3,35% pourrait donc s'inscrire dans une nouvelle stratégie de riposte du Crédit Agricole, qui lui permettrait de talonner BNP Paribas avec plus de 15,5% des actions. A l'inverse, le groupe de Michel Pébereau pourrait avoir choisi de maintenir son avance en portant sa participant tout près de 20%. L'état-major du Lyonnais, lui, semble bien impuissant face à ces manoeuvres. Il a demandé à BNP Paribas de préciser ses intentions (lire ci-contre), alors que le conseil d'administration réuni hier a donné l'occasion au Crédit Agricole, selon les informations de La Tribune, de réaffirmer clairement son intérêt pour la banque présidée par Jean Peyrelevade.En Bourse, l'action Crédit Agricole a abandonné vendredi 4,01% à 15,54 euros, tandis que BNP Paribas, très hésitante, a cédé 1,44% à 36,85 euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.