PPR vend la filiale crédit de Conforama à BNP Paribas

 |  | 444 mots
On attendait Finaref, il faudra pour l'instant se contenter de Facet. Après la confirmation par Pinault-Printemps-Redoute (PPR) de sa volonté de se désengager du secteur du crédit à la consommation et des services financiers, les investisseurs tablaient sur une cession rapide de Finaref, la filiale spécialisée du groupe (lire ci-contre). Mais la stratégie de la société de François Pinault prend des chemins détournés : le groupe a annoncé ce matin être en discussion exclusive avec BNP Paribas en vue de la cession de 90% du capital de Facet, la filiale de Finaref gérant l'activité de crédit à la consommation de Conforama. Les négociations se déroulent sur la base d'un prix de 869 millions d'euros pour les 90% en vente, soit une valorisation globale de 965 millions pour Facet. La société gère un portefeuille de deux millions de cartes privatives et de 1,2 milliard d'euros d'encours, soit un peu moins de 20% des encours gérés par Finaref. La valorisation retenue correspond à 19 fois le résultat opérationnel de Facet et 32 fois le résultat net estimé pour cette année, a précisé à Reuters une porte-parole de PPR.Une fois la vente effective, BNP Paribas prévoit d'intégrer Facet à sa filiale spécialisée Cetelem, numéro un du crédit à la consommation dans l'Hexagone. L'opération devrait lui permettre "d'augmenter de 30% sa part de marché dans le crédit revolving". Le groupe bancaire indique que l'acquisition de Facet aura un impact positif sur son résultat à partir de 2005. BNP table sur des synergies de 14 millions d'euros l'an prochain, 20 millions en 2004 et 25 millions en 2005.Pour Serge Weinberg, président du directoire de PPR, "cette opération s'inscrit pleinement dans notre intention de céder à terme l'activité Crédit et Services Financiers" et "soulignera, au travers de la valorisation, l'excellente qualité de nos actifs".Sur la base de la valorisation retenue pour Facet, la valeur globale de Finaref peut être estimée à un peu plus de 5 milliards d'euros. La plupart des estimations retenues jusqu'à présent se situaient entre trois et quatre milliards. Sofinco, la filiale de crédit à la consommation du Crédit agricole, est généralement considéré comme l'acquéreur le plus probable, même si General Electric est lui aussi intéressé.En Bourse, l'action PPR a réagi initialement vendredi matin par une baisse sensible, perdant plus de 4% à 66 euros. Elle s'est ensuite redressée pour terminer la séance sur un gain de 0,8% à 69,40 euros. Le titre avait bondi de 8,7% lundi après la publication des premières informations sur le projet de cession de Finaref. Sur la semaine, il gagne 0,6%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :