Scor prévoit de perdre 250 millions d'euros cette année

 |  | 392 mots
2002, année noire pour Scor, 2003, année sombre pour ses actionnaires ? Le scénario semble inévitable. Le groupe français de réassurance a annoncé mercredi matin qu'il terminerait l'année sur une "forte perte", qui pourrait atteindre 250 millions d'euros. Mais il a aussi confirmé qu'il entend, malgré la chute de son cours de Bourse (-70% depuis le début de l'année) procéder à une augmentation de capital pour un montant "au moins égal à la perte estimée de l'exercice", et donc proche de sa capitalisation boursière actuelle (285 millions d'euros).Le groupe explique notamment l'effondrement de ses résultats par une "sinistralité élevée au troisième trimestre" suite aux inondations en Europe centrale et en Allemagne (pour un coût estimé de 70 millions) et de l'activité crédit (38 millions d'euros). Mais celles-ci avaient déjà eu lieu lorsque, début septembre, Scor promettait encore qu'une "amélioration sensible des résultats techniques devrait se poursuivre au second semestre", et affichait un objectif de retour sur fonds propres entre 8 et 10%. Depuis, un nouveau - gros - point noir est venu s'ajouter à la liste de ses difficultés : la chute du cours de Swiss Life, qui a amené Scor à provisionner 100 millions d'euros au titre de la dépréciation de sa participation dans le groupe helvétique. Au total, les provisions pour dépréciations et les moins-values devraient atteindre 230 millions d'euros cette année. Après avoir publié, pour le premier semestre, un résultat net de 21 millions d'euros, en recul de 58% sur un an, Scor est donc en train de revivre le scénario de 2001 : l'an dernier, les attentats du 11 septembre avaient fait basculer les comptes dans le rouge de 215 millions d'euros, l'exercice s'étant achevé sur une perte nette de 278 millions. L'assemblée générale des actionnaires convoquée le 5 novembre risque donc d'être houleuse. En Bourse, l'action Scor a été réservée à la baisse pendant près d'une heure en début de matinée. Après avoir ouvert en recul de 33,6%, elle termine la journée sur un repli de 28,84% à 7,50 euros. Un parcours qui ressemble à celui qu'elle avait connu le 30 septembre : le titre avait chuté de 30,39% ce jour-là, après la première présentation du projet d'augmentation de capital, maintenu malgré l'abandon de la reprise partielle de l'allemand Gerling (lire ci-contre).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :