Débâcle d'Allianz au troisième trimestre

 |  | 382 mots
Le troisième trimestre 2002 restera sans doute dans les annales du groupe Allianz. Alors qu'à l'issue du premier semestre, l'assureur allemand affichait un bénéfice net de 1,6 milliard d'euros, il accuse un trou de 924 millions d'euros sur neuf mois, soit une perte abyssale de 2,5 milliards d'euros pour le seul troisième trimestre 2002. Cette perte record a entamé les fonds propres du groupe. Celui-ci envisage de lancer deux emprunts obligataires, dont l'un subordonné, qui lui permettraient de lever 2 milliards d'euros pour se renflouer et "financer sa croissance". Cette brutale et sévère dégradation des comptes d'Allianz est due selon le groupe à "l'accumulation d'éléments extraordinaires". En plus des conséquences des inondations en Allemagne et en Europe de l'Est, le premier assureur européen a été amené à faire face à un certain nombre d'obligations. Tout d'abord, le groupe a accru de 762 millions d'euros les provisions pour risques sur l'amiante et l'environnement de sa filiale américaine Fireman's Fund. Ensuite, il a relevé ses provisions pour dépréciations d'actifs de 1,9 milliard d'euros, les portant sur neuf mois à 3,8 milliards d'euros. Enfin, Dresdner Bank a enregistré un nouveau déficit qui a pesé à hauteur de 972 millions d'euros sur les comptes du groupe au troisième trimestre. La banque, rachetée l'année dernière par Allianz, a notamment dû passer 757 millions d'euros de provisions pour risques de crédit dans ses comptes du troisième trimestre, ce qui porte le total des provisions pour créances douteuses depuis le début de l'année à 1,8 milliard d'euros.Concernant les prévisions, le patron d'Allianz Henning Schulte-Noelle s'est voulu optimiste malgré le catastrophique troisième trimestre. "Le plus dur est derrière nous", a-t-il dit. Un optimisme qui reste mesuré : le groupe de Munich se dit incapable de donner une prévision pour l'ensemble de 2002 et, s'il affirme que son résultat du quatrième trimestre sera meilleur que celui du troisième, il ne garantit pas pour autant un retour dans le vert. Au quatrième trimestre, le groupe devrait procéder à de nouvelles dépréciations d'actifs dans son portefeuille boursier. Elles pourraient se monter à 600 millions d'euros, selon le contrôleur de gestion Helmut Perlet. A la Bourse de Francfort un peu avant 18 heures, le titre Allianz s'octroie une hausse de 7,23% à 104,2 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :