Yahoo ! se veut optimiste pour 2002

La crise de 2000-2001 a manifestement enseigné la prudence aux dirigeants de Yahoo!. En d'autres temps, la publication de résultats supérieurs aux attentes et la révision à la hausse des prévisions annuelles auraient sans doute donné lieu à des manifestations d'autosatisfaction bien plus marquées. Aujourd'hui, l'optimisme est prudent et la modestie appliquée. Il est vrai que le premier trimestre est le sixième consécutif clos dans le rouge pour le premier portail mondial : sur les trois premiers mois de l'année, Yahoo! a enregistré une perte nette de 53,6 millions de dollars, contre une perte de 11,5 millions un an plus tôt. Une dégradation que le groupe attribue principalement au changement des normes comptables entré en vigueur le 1er janvier, et qui l'oblige notamment à inscrire en une seule fois dans ses comptes l'amortissement des survaleurs (écarts d'acquisition) étalé jusqu'alors dans le temps. Ce seul poste a représenté une charge de 64,1 millions sur le trimestre. Hors éléments exceptionnels, Yahoo! aurait affiché un bénéfice net de 10,5 millions de dollars, soit 2 cents par action, conforme aux attentes des analystes. Quant au chiffre d'affaires, il est légèrement supérieur aux prévisions, à 192,7 millions de dollars contre 180,2 millions l'an dernier sur la même période, soit une hausse de 7%, alors que Wall Street tablait plutôt sur un recul des ventes, à 175,3 millions en moyenne. Mais il est difficile d'apprécier la portée réelle de cette progression, les comptes du trimestre intégrant pour la première fois l'acquisition du site de recrutement HotJobs, dont le rachat a été bouclé en février. Mais même sans cette acquisition, le chiffre d'affaires se serait tout de même stabilisé par rapport au premier trimestre 2001, après une année de chute libre des recettes publicitaires. Paradoxalement, cette dégradation sert les objectifs du groupe, en réduisant la part de la publicité dans les revenus du groupe : la vente d'espaces n'a généré que 63% du chiffre d'affaires au premier trimestre, soit 121 millions de dollars, contre 79% il y a un an. Pour le PDG de Yahoo!, Terry Semel, "le marché de la publicité se stabilise mais reste difficile". Des commentaires qui provoquent une chute de l'action Yahoo! jeudi sur le Nasdaq, où le titre chute de 14,91% à 15,69 dollars à mi-séance.Pourtant, les difficultés de sa principale source de revenus n'empêchent pas Terry Semel de relever ses prévisions pour le deuxième trimestre et pour l'ensemble de l'année, en tenant compte, notamment, de l'intégration de HotJobs. Le chiffre d'affaires de la période avril-juin est attendu entre 205 et 225 millions de dollars (dont 20 à 25 millions générés par HotJobs), pour se situer entre 870 et 910 millions de dollars sur l'année, au lieu des 750 à 800 millions évoqués en janvier. Quant à l'Ebitda (équivalent de l'excédent brut d'exploitation), il devrait atteindre 105 à 130 millions de dollars en 2002, contre une prévision initiale de 70 à 100 millions. Le rachat de HotJobs l'a confirmé, Yahoo! continue de progresser dans sa stratégie de "monétisation" de ses contenus destinée, comme le résume la directrice financière, Susan Decker, à "augmenter la valeur de notre énorme base de clients". Au-delà des commissions perçues sur les transactions commerciales réalisées via ses sites (elles ont atteint 776 millions de dollars sur le trimestre), multipliées par trois en un an, le groupe profite aussi de la hausse des frais d'insertion d'annonces payantes ou de mise en vente de produits sur ses sites d'enchères, qui ont atteint 55 millions de dollars en trois mois.Le groupe table notamment sur le développement des abonnements au service d'e-mail "à valeur ajoutée", permettant par exemple l'envoi de gros fichiers ou la réexpédition de courriers électroniques. Ces services sont pour l'instant commercialisés pour un abonnement annuel de 19,99 dollars. Le lancement, prévu pour la fin du printemps, d'une offre d'accès Internet - incluant le haut débit - en partenariat avec l'opérateur SBC constituera une nouvelle étape importante dans cette stratégie d'intégration des services. Elle visera notamment les PME.Le champ à conquérir est immense : les 500.000 visiteurs payants revendiqués par Yahoo! ne représentent encore qu'une infime partie de son audience. Présent dans 25 pays en treize langues différentes, le portail reste en effet la première destination Internet du monde, avec 237 millions de visiteurs uniques en mars, contre 192 millions un an plus tôt. Une population de visiteurs dont 41% sont déjà enregistrés.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.