STMicro prêt pour une acquisition

 |   |  366  mots
L'heure est décidément aux alliances majeures dans le secteur des semi-conducteurs : en bas de cycle, les grands noms de l'industrie s'efforcent de se placer au mieux pour aborder la reprise, annoncée pour l'an prochain. Après l'alliance entre Motorola, STMicroelectronics et Philips dans le domaine de la recherche et du développement (lire ci-contre), et alors qu'Infineon doit présenter aujourd'hui une alliance majeure, STMicro entend franchir une étape supplémentaire, en envisageant une acquisition importante.Interrogé par le Financial Times, le patron du groupe franco-italien, Pasquale Pistorio, explique qu'il est "prêt et disposé à saisir l'opportunité d'une grande acquisition", aux Etats-Unis ou en Asie, pour accroître la présence de son groupe sur ces grands marchés, où il est encore à la traîne. Cette démarche tranche avec la stratégie suivie par STMicro ces dernières années, le groupe ayant privilégié la croissance interne, à l'exception du projet - finalement abandonné - de fusion avec la division semi-conducteurs de Siemens, devenue Infineon depuis. Cette stratégie prudente n'a pas empêché STMicro de se hisser au troisième rang mondial du secteur. Pasquale Pistorio pose cependant plusieurs conditions à la réalisation de son projet : au-delà de l'intérêt géographique, il explique que l'acquisition devra "enrichir, compléter et élargir nos compétences dans nos activités stratégiques". Mais la condition "la plus fondamentale" à ses yeux est que l'opération doit "acheter de la valeur, pas du glamour". En clair, elle devra avoir un effet positif en termes de résultat un an après sa réalisation.Compte tenu des faibles valorisations des acteurs du marché en Asie (notamment au Japon et à Hong Kong), STMicro pourrait être tenté de se tourner vers l'Asie pour rechercher une cible à son goût. Mais la difficulté à réaliser des acquisitions dans la région, comme l'a montré l'échec du projet de reprise d'Hynix par l'Américain Micron Technology, pourrait retarder ses projets. Et l'inciter à se reporter sur les Etats-Unis.A la Bourse de Paris, l'action STMicroelectronics a cédé 1,16% mardi à 24,66 euros en clôture. Le titre affiche un recul de 31,6% depuis le début de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :