Credit Suisse plombé par l'assurance

Personne n'attendait de miracle des résultats trimestriels de Credit Suisse Group. Mais les chiffres publiés sont plus mauvais encore qu'attendu. Le deuxième groupe bancaire helvétique, tombé dans le rouge au deuxième trimestre, a perdu 579 millions de francs suisses entre avril et juin, alors que les analystes tablaient en moyenne sur une perte de 460 millions. Et le résultat semestriel est lui aussi négatif, de 211 millions, contre un bénéfice de 2,7 milliards pour les six premiers mois de l'an dernier. La chute est donc rude. Qualifiant lui-même ce résultat d'"insatisfaisant", le groupe souligne le "résultat financier inhabituellement faible du secteur des assurances à la suite de l'évolution négative des marchés des actions". La baisse des grands indices internationaux lui a ainsi fait perdre 1,5 milliard de francs environ par rapport au deuxième trimestre 2001.Autre phénomène inquiétant : l'afflux net de nouveaux capitaux a chuté à 4,2 milliards de francs suisses au deuxième trimestre, contre 13,5 milliards au trimestre précédent. Une baisse due notamment aux sorties de 6,5 milliards de francs dans la gestion de clients institutionnels. Au total, au 30 juin, le groupe gérait 1.293,2 milliards de francs suisses d'actifs, un montant en repli de 8,1% par rapport au 31 mars et de 9,6% par rapport au 31 décembre.Le constraste avec l'éternel concurrent UBS est net : en serrant la vis sur les dépenses, UBS est parvenu à limiter à 4% la baisse de ses bénéfices sur le premier trimestre (lire ci-contre). Lukas Mühlemann, le président du directoire de Credit Suisse, s'efforce néanmoins de faire bonne figure, en soulignant les "solides" résultats des divisions Private Banking et des activités liées à la clientèle d'entreprises et à la clientèle privée en Suisse. Mais les perspectives du groupe sont peu enthousiasmantes pour ses actionnaires : "partant des résultats du premier semestre, on peut s'attendre à un dividende plus faible pour 2002". Une annonce sanctionnée à la Bourse de Zurich, ou le titre Credit Suisse chutait de clôture de 3,67% à 31,50 francs suisses. Depuis le début de l'année, l'action a perdu 55,5%.Pour Lukas Mühlemann, la "priorité absolue" du groupe est de préserver "une forte capitalisation se situant au niveau de nos concurrents". Pour y parvenir, il assure avoir pris des mesures "d'une grande portée" pour limiter l'impact de la baisse des marchés actions sur les fonds propres de Winterthur, la filiale d'assurances. Des mesures d'assainissement et de redressement qui seront mises en application dans un marché qui restera difficile au second semestre, reconnaît Credit Suisse. La branche assurances pourrait ainsi rester dans le rouge jusqu'à la fin de l'année.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.