Nokia revoit en baisse ses prévisions d'activité

 |   |  478  mots
Encore une mauvaise nouvelle pour le secteur de la téléphonie mobile. Nokia, le premier fabricant mondial de téléphones portables, a révisé à la baisse ce matin ses prévisions de chiffre d'affaires pour les six derniers mois de l'année : ses ventes du deuxième semestre ne devraient plus croître que de 10%, contre au moins 15% espérés jusqu'ici.Le groupe finlandais maintient en revanche son objectif d'un résultat par action de 0,83 euro pour l'exercice 2002. Nokia a également décidé d'adopter de nouveaux objectifs de croissance à long terme de ses ventes et de ses bénéfices : il vise désormais une croissance d'au moins 10% à partir de 2003.La révision en baisse des perspectives de chiffre d'affaires pour 2002 confirme que le secteur est frappé de plein fouet par un double phénomène : la ralentissement de la demande des consommateurs pour de nouveaux combinés et la chute des investissements réalisés par les opérateurs de réseaux. La semaine dernière, Nokia avait déjà lancé une mise en garde au sujet de ses ventes du deuxième trimestre, prévoyant désormais un recul de 6% par rapport au deuxième trimestre 2001, au lieu de la croissance de 7% annoncée jusque là.Nokia, qui organise aujourd'hui à Helsinki sa conférence annuelle avec les analystes du secteur, a renouvelé sa prévision d'une modeste croissance du marché des téléphones mobiles cette année : le groupe estime que 400 à 420 millions d'unités seront vendues dans le monde, contre 380 millions l'année dernière. Le Finlandais ambitionne néanmoins une part de marché de 40%.S'exprimant dans le cadre de cette conférence, le PDG du groupe, Jorma Ollila, a affirmé s'attendre à continuer à enregistrer de fortes marges sur le long terme grâce à sa position de leader. "Nous pensons que nous pouvons nous développer plus vite que le marché et maintenir notre rentabilité. Cela se fera grâce à notre position sur le marché et aux économies d'échelle", a-t-il indiqué. Poursuivant sur le chapitre des ambitions du groupe, Jorma Olilla a souligné la volonté de Nokia de devenir le numéro un des équipements pour les réseaux à la norme CDMA (surtout déployés en Amérique du Nord et en Asie) et de détrôner Motorola sur le marché des combinés en Chine, le premier du monde. En revanche, il a exclu une nouvelle fois de réaliser une acquisition majeure tout en réaffirmant la politique d'acquisitions de petites ou de moyennes sociétés. "Je ne crois pas qu'il y ait eu une fusion réellement réussie entre deux grandes entreprises du secteur de la haute technologie", a-t-il lâché.En clôture à la Bourse de Paris, l'action Nokia recule de 0,89% à 13,38 euros. Parmi ses concurrents, Ericsson chute de 7,98% à 1,73 euros et Alcatel recule de 4,23% à 9,06 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :