Enron met fin à son contrat avec Andersen

 |  | 311 mots
Lecture 1 min.
Quand un cabinet d'audit voit sa réputation ternie, c'est un peu de son fonds de commerce qui est attaqué. Andersen (ex Arthur Andersen), l'un des cinq plus gros cabinets mondiaux, en fait depuis quelques semaines l'amère expérience. Le groupe vient ainsi d'être congédié par le courtier en énergie Enron. Placé sous la protection du chapite 11 de la loi sur les faillites depuis le mois de décembre, le groupe texan a pris la décision de rompre son contrat avec le cabinet d'audit.L'un des responsables d'Andersen a reconnu avoir sciemment détruit des documents relatifs à Enron alors qu'une enquête était en cours sur les pratiques comptables du courtier en énergie. Cet associé, David Duncan, qui supervisait l'audit des comptes d'Enron, a été limogé et trois autres cadres du cabinet ont été suspendus. Andersen, chargé d'auditer les comptes d'Enron depuis longtemps, n'a jamais fait publiquement état des acrobaties comptables de ce groupe, qui lui ont notamment permis de dissimuler l'ampleur de son endettement, et le cabinet a toujours validé les résultats financiers du groupe texan.Pour Andersen, la rupture de ce contrat signifie une perte d'un million de dollars par semaine. Mais surtout, le cabinet doit toujours se défendre contre les accusations portées contre lui dans ce dossier. Hier, la presse américaine, citant un mémorandum interne, a affirmé que des responsables d'Andersen avaient discuté dès février 2001, lors d'une réunion, de possibles irrégularités dans la comptabilité d'Enron. Si le cabinet d'audit reconnaît l'existence de ce document et la tenue d'une réunion, il nie en revanche que ces discussions aient abouti à la conclusion qu'il y avait des irrégularités. Andersen ajoute n'avoir appris qu'en août 2001 que des employés d'Enron avaient des soupçons sur les pratiques comptables de leur groupe. latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :