Ciments Français vise la stabilité en 2002 malgré un contexte "incertain"

 |  | 249 mots
Même si Ciments Français souligne que "le premier trimestre dans le secteur des matériaux de construction n'est jamais totalement significatif", la filiale française de l'italien Italcementi n'a pas commencé l'année dans les meilleures conditions. Certes, le bénéfice net, part du groupe, atteint 4,5 millions d'euros sur les trois premiers mois de l'année, contre une perte pro forma de 0,3 million d'euros sur la même période en 2001. Mais le résultat d'exploitation de Ciments Français chute de 19,4% à 54,3 millions, un recul que le groupe explique par un long mouvement de grève dans le groupe cimentier Calcia en France et par la guerre des prix sur le marché thaïlandais. Le chiffre d'affaires, lui, affiche une petite hausse de 1,6% à 625 millions d'euros, mais recule de 1,3% à périmètre et taux de change comparables. En hausse de 1,4% en France et de 5,2% dans le reste de l'Union européenne, il recule de 7,2% dans le reste du monde, qui génère un gros tiers des ventes. La Turquie et la Thaïlande sont les principaux marchés touchés. Le retour dans le vert du résultat net s'explique notamment par la baisse des charges financières liées aux variations monétaires turques. Pour l'ensemble de 2002, soulignant le caractère "incertain" du contexte économique, le groupe maintient ses perspectives de stabilité de résultat. L'action Ciments Français a reculé jeudi de 2,56% à Paris, à 51,45 euros, ramenant à 7,2% sa progression depuis le début de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :