Géophysique touche au but

 |   |  350  mots
A son rythme, la Compagnie Générale de Géophysique, numéro deux mondial de la sismique pétrolière, parvient à redresser ses comptes. Le groupe a annoncé vendredi matin un chiffre d'affaires non-audité pour l'exercice 2001 en hausse de 15% à 803 millions d'euros. Dans ces conditions, la société anticipe un résultat net bénéficiaire pour 2001 de l'ordre de 15 millions d'euros, contre une perte de 12 millions d'euros un an plus tôt. Conformément aux objectifs annoncés par les dirigeants du groupe, Géophysique revient ainsi dans le vert après deux années de pertes. Le groupe français de services pétroliers a précisé, dans un communiqué, que ce chiffre "reflétait la reprise progressive de l'industrie sismique mondiale particulièrement sensible en sismique marine et dans les équipements". L'exercice précédent a été caractérisé notamment "par la bonne performance de l'activité marine dans un marché extrêmement compétitif, et par la nette amélioration de la rentabilité des opérations d'acquisition terrestre, dans un marché actif au Moyen-Orient et en Asie Pacifique". L'Afrique, l'Europe et l'Amérique du Sud sont quant à eux demeurés "à des niveaux historiquement bas", a relevé le groupe. L'activité du groupe a particulièrement profité des performances de sa filiale Sercel. Le fabricant d'équipements sismiques, qui réalise désormais près de 40 % du chiffre d'affaires du groupe, a vu ses ventes progresser de 32% en 2001 à 321 millions d'euros.Pour l'avenir, Géophysique indique qu'au 1er février 2002, le carnet de commandes s'établissait à 300 millions d'euros grâce notamment à une forte activité marine. "L'ensemble de la flotte est occupée jusqu'au-delà du premier semestre 2002", a indiqué le communiqué. La direction de Géophysique ne dit pas si elle maintient ou non son objectif d'excédent brut d'exploitation à 30 % en 2003.A la Bourse de Paris, après avoir débuté les échanges dans le vert, le titre a rapidement inversé la tendance et perd 3,82% à 39,53 euros en clôture. Une baisse certainement due à des prises de bénéfices, l'action ayant jusqu'alors progressé de plus de 16% sur l'année. avec AFP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :