L'amiante occulte les bons résultats d'Alstom

 |  | 746 mots
Lecture 4 min.
Alstom paraît respecter le tableau de marche qu'il s'est fixé en mars dernier avec le plan "Restore Value". A l'occasion ce matin de la présentation de ses résultats semestriels (avril-septembre 2002), le groupe a fait le point sur les avancées de ce programme. Annonçant un bénéfice net de 11 millions d'euros pour le premier semestre de son exercice 2002-2003, en baisse de 88% par rapport à la même période de l'exercice précédent, pour un chiffre d'affaires en retrait de 10% à 10,7 milliards d'euros, Alstom s'est attaché à souligné l'amélioration de la rentabilité du groupe. Le groupe, spécialisé dans l'infrastructure du transport et de l'énergie, souligne dans un communiqué que "cette augmentation reflète l'amélioration des marges en carnet de commandes, un meilleur contrôle des coûts et les premiers résultats des restructurations lancées dans le cadre du plan Restore Value". Concernant ce plan, justement, le groupe s'estime en "ligne pour atteindre l'objectif de marge opérationnelle de 6% en mars 2005". Alstom se juge aussi capable d'atteindre l'objectif d'une réduction annuelle des frais généraux de 250 millions en mars 2005.Le résultat opérationnel s'améliore de 4% au premier semestre, à 543 millions d'euros. Cette performance est supérieure aux attentes des analystes qui tablaient en moyenne sur un bénéfice opérationnel de 498 millions d'euros. La marge opérationnelle s'est nettement redressée, passant à 5%. C'est d'ailleurs sur ce bilan d'étape solide que Pierre Bilger, PDG très contesté il y a quelques mois, annonce son départ. Patrick Kron, jusque là patron d'Imerys, lui succèdera en "deux étapes" à compter du 1er janvier prochain. Pour ce qui est de la situation financière du groupe, Alstom a réduit son endettement, le faisant passer de 112% des fonds propres à la fin de l'exercice passé à 84%, la dette nette du groupe diminuant de 142 millions d'euros. Alstom s'est fixé comme objectif de ramener son ratio endettement sur fonds propres à 20% d'ici mars 2005. Au premier semestre, le niveau de cash-flow s'est amélioré, passant à -77 millions d'euros.Enfin Alstom a délivré quelques éclaircissements quant au déroulement du plan de cession destiné à permettre au groupe d'encaisser 2,1 milliards d'euros d'ici mars 2003 via la vente d'actifs immobiliers, le cession d'activités non-stratégiques et la réalisation d'une augmentation de capital. Dans son communiqué, Alstom souligne avoir "généré 667 millions d'euros de recettes par la réalisation d'une augmentation de capital (617 millions d'euros) en juillet et la cession dess activités en Afrique du Sud (50 millions d'euros) en septembre". Le groupe, qui indique que le processus de vente d'actifs immobilier a progressé, estime pouvoir réaliser dans ce secteur un produit total de 600 millions d'euros. Concernant les cessions d'activités non-stratégiques, Alstom dit avoir reçu des offres fermes et précise que "d'actives négociations sont en cours". Les recettes qui devraient être générées devraient atteindre "le milliard d'euros avant la fin mars 2003", précise Alstom.Interrogé lors d'une conférence de presse téléphonique sur l'épineuse question de l'amiante, Pierre Bilger s'est voulu rassurant. Alors que son rival hélvético-suèdois ABB a chiffré à 1,1 milliard de dollars le risque qu'il encourait aux Etats-Unis, le toujours PDG du groupe français a pour sa part estimé que "les plaintes liées à l'amiante aux Etats-Unis et qui visent plus de 200 entreprises opérant dans ce pays, dont Alstom, n'auront pas d'impact financier sur le groupe". Ces procédures, au nombre de 60 et impliquant près de 6.500 personnes, visent des activités d'Alstom acquises auprès d'ABB et d'autres propres au groupe. Dans le premier cas de figure, elles sont couvertes par une indemnité d'ABB, a dit Pierre Bilger. Pour le reste de l'activité d'Alstom aux Etats-Unis, "nous estimons que notre responsabilité actuelle n'est pas matérielle et considérons que nous avons de bonnes protections sur les plaintes à notre encontre", a souligné le dirigeant d'Alstom. "Nous n'avons fait aucun paiement compensatoire et n'avons passé aucune provision à ce sujet", a-t-il ajouté, indiquant par ailleurs que si on voulait s'acheminer vers une solution à l'amiable sur cette question, Alstom devrait s'acquitter de 10 millions de dollars. A la Bourse de Paris, les investisseurs, d'abord séduits par les performances opérationnelles du groupe, n'ont guère été convaincus par les explications de ses dirigeants concernant l'amiante. En conséquence, l'action Alstom, qui avait gagné plus de 26% lundi, décroche de près de 13% en clôture à 5,71 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :