Diageo accepte de renégocier le prix de vente de Burger King

Fin juillet, Diageo se pourléchait les babines, aujourd'hui il paie l'addition. Il y a quatre mois, le groupe britannique avait enfin trouvé un acheteur pour sa filiale de restauration rapide en difficulté Burger King, mise en vente depuis près de deux ans : un groupe d'investisseurs emmené par l'américain Texas Pacific Group se disait prêt à débourser 2,26 milliards de dollars. Mais quatre mois plus tard, le groupe britannique, toujours désireux de recentrer sa stratégie sur les vins, la bière et les spiritueux, doit revoir son appétit à la baisse. Diageo a en effet dû se résoudre à ouvrir de nouvelles négociations avec ses acheteurs, afin de tenter de parvenir à un nouvel accord... sur un nouveau prix, bien moins alléchant que le premier. TPG et ses associés (parmi lesquels Bain Capital et Goldman Sachs Capital Partners), qui réclament depuis plusieurs semaines une révision des conditions de la vente, remportent donc une première victoire. Reste à savoir jusqu'à combien Diageo acceptera d'abaisser le prix de vente de Burger King. Le groupe explique que les discussions s'orientent vers "une transaction matériellement différente dans ses termes et sa structure". Le groupe n'a pas le choix : l'accord de cession prévoyait que le montant final de la cession serait fixé en fonction des performances commerciales de la chaîne de "fast food" au cours du premier semestre 2002-2003. Or, les chiffres publiés ces dernières semaines sont loin d'être satisfaisants. Burger King, qui compte 11.450 restaurants dans 55 pays (dont la France ne fait pas partie), souffre en effet depuis trois mois - notamment aux Etats-Unis - de la guerre des prix engagée avec ses concurrents, à commencer par le n°1 mondial McDonald's. Le profit warning publié il y a dix jours par ce dernier a confirmé les craintes des investisseurs et a sans doute renforcé la détermination de TPG et de ses alliés. Il y a deux semaines, le courtier britannique Cazenove estimait que le prix de vente de Burger King pourrait être abaissé de 17%, à 1,88 milliard de dollars. Mais aujourd'hui, l'hypothèse de le voir ramener à 1,5 milliard, soit un tiers en dessous du montant initial, n'est pas impossible. Pour les analystes, Diageo préférera sans doute en effet en rabattre sur le prix plutôt que de prendre une participation dans le consortium créé par les fonds acheteurs pour reprendre sa filiale.A la Bourse de Londres, cette perspective n'enchante évidemment pas les investisseurs : l'action Diageo a chuté de 4,39% ce lundi, terminant à 680 pence. Le titre a perdu 20% depuis l'annonce de la cession fin juillet.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.