Micron Technology reste dans le rouge

Passés presque inaperçus dans la tourmente créée par les révélations sur les irrégularités comptables de WorldCom, les résultats trimestriels publiés mercredi soir par Micron Technology n'en constituent pas moins une mauvaise nouvelle pour le secteur de la haute technologie. Le numéro un américain des mémoires DRAM est en effet resté dans le rouge au troisième trimestre de son exercice 2001-2002, clos le 31 mai. Et ses ventes, bien qu'en hausse par rapport au trimestre précédent, ont été inférieures aux attentes.Sur la période mars-mai, la perte nette du groupe a encore atteint 24 millions de dollars, soit 4 cents par action, alors que les analystes financiers tablaient en moyenne sur un bénéfice de 6 cents par titre. Les pertes sont néanmoins réduites d'un quart par rapport au trimestre précédent. La perte d'exploitation trimestrielle, elle, atteint 301 millions de dollars. Quant au chiffre d'affaires, il n'a pas dépassé 771,2 millions de dollars. Certes, ce chiffre marque une nette progression par rapport au deuxième trimestre de l'exercice (+19% exactement), mais les ventes restent en recul sur un an (-6%). Et ce malgré la nette remontée des cours des mémoires en début d'année : les prix de vente moyens du groupe ont progressé de 44% entre le deuxième et le troisième trimestres de l'exercice. Micron souligne cependant que les cours ont rechuté à partir du début d'avril. Plus préoccupant encore, les volumes livrés ont baissé de 17% d'un trimestre sur l'autre, tandis que les stocks remontaient "significativement". Micron a d'ailleurs dû inscrire dans ses comptes une charge exceptionnelle de 26 millions de dollars pour dépréciation des stocks, en tenant compte de la baisse de leur valeur marchande.Micron souffre donc de l'atonie persistante du marché des PC et de la stabilisation du niveau d'équipement en mémoire des ordinateurs personnels. "Il ne fait aucun doute que nos clients ont été préoccupés par la hausse des prix des mémoires au printemps", a expliqué le directeur des ventes du groupe, Mike Sadler, au cours d'une conférence téléphonique. Mais la tendance à la baisse des commandes pourrait s'inverser rapidement, espère-t-il, grâce à la rechute des prix.Parallèlement, le PDG du groupe, Steve Appleton, s'est voulu rassurant quant aux risques encourus par Micron dans le cadre de l'enquête ouverte par les autorités antitrust américaines sur d'éventuelles ententes entre producteurs sur le marché mondial des mémoires (lire ci-contre). Il a notamment souligné que Micron n'avait actuellement aucun contact avec le sud-coréen Hynix, deuxième producteur mondial de DRAM, qu'il a tenté en vain de racheter au printemps.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.