Le bénéfice de KDDI, n°2 japonais, amputé par le mobile

1 mn

Numéro deux de l'énorme marché japonais des télécoms, KDDI n'échappe pas à la "grande lessive" des comptes en cours un peu partout dans le monde. L'opérateur a confirmé les informations circulant depuis quelques jours à Tokyo en annonçant que son bénéfice net annuel sera très nettement inférieur à ses prévisions initiales, en raison des coûts de restructuration de sa filiale mobile "au".Le groupe inscrira donc dans les comptes de l'exercice clos le 31 mars une perte exceptionnelle de 229 milliards de yens (2 milliards d'euros). Compensée en partie seulement par la titrisation d'actifs immobiliers, elle ramènera le bénéfice net annuel à 6 milliards de yens (52,6 millions d'euros) au lieu des 63 milliards initialement prévus. Le chiffre d'affaires de KDDI, lui, ne devrait pas dépasser 2.850 milliards de yens (25 milliards d'euros) au lieu des 2.940 attendus. Créé en octobre 2000 par la fusion d'un opérateur longue distance (DDI), d'un international (KDD) et d'un mobile (IDO), KDDI, qui affichait au départ pour ambition de bousculer le géant NTT, a peiné à s'imposer. Et la coexistence, au sein de son pôle mobile, de trois technologies différentes (PDC, CDMA et PHS) lui a coûté très cher ces dernières années. La filiale "au" est en cours de restructuration pour se recentrer sur la norme CDMA, dans la perspective du lancement, le mois prochain, de ses services de troisième génération, destinés à concurrencer ceux du numéro un NTT DoCoMo. Une autre filiale mobile, Tu-ka, mise en vente fin 2001, n'a pas trouvé preneur et pourrait être fermée. Car l'heure est toujours aux économies : KDDI entend réduire son endettement à 1.000 milliards de yens d'ici 2005 et va, pour ce faire, diminuer ses investissements de 310 milliards en rythme annuel.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.