Deutsche Telekom attendra encore avant d'introduire T-Mobile

Et de trois ? 2002 pourrait bien être la troisième année consécutive marquée par le report du projet d'introduction en Bourse de T-Mobile, la filiale de communications mobiles de Deutsche Telekom. Le président du groupe allemand, Ron Sommer, l'a reconnu à demi-mot ce matin lors d'une conférence de presse à l'occasion du salon CeBIT à Hanovre. "Il faudrait une nette amélioration de l'environnement boursier pour permettre une mise en Bourse de T-Mobile, parce que nous ne mettrons certainement pas les actions T-Mobile sur le marché en dessous de leur valeur réelle", a expliqué le patron de l'ex-monopole. Confiant, il assure que Deutsche Telekom sera prêt à lancer l'introduction de sa filiale dès la fin du deuxième trimestre et qu'il a déjà choisi la banque chef de file de l'opération. Déjà repoussée au printemps 2000 après la chute des valeurs technologiques, puis l'an dernier pour cause de défiance généralisée des investisseurs à l'égard du secteur des télécommunications, l'introduction de T-Mobile constituerait un ballon d'oxygène bienvenu pour Deutsche Telekom, dont Ron Sommer a promis de réduire l'endettement à 50 milliards d'euros en fin d'année, contre 62 milliards fin 2001. Or il estime la valeur de sa filiale à 50 milliards d'euros et prévoit d'en céder 20% au public, opération qui lui permettrait de réaliser l'essentiel de son objectif de désendettement.Se refusant à revoir à la baisse la valorisation de T-Mobile et faute de pouvoir tabler à coup sûr sur la "nette amélioration" boursière qu'il juge indispensable, Ron Sommer reconnaît que l'introduction de T-Mobile cette année est une condition sine qua non à al réalisation de l'objectif de 50 milliards d'endettement. "Si nous ne pouvons pas procéder à la cession d'actions cette année, nous serons déçus mais cela ne signifiera pas la fin du monde", résume-t-il. En attendant, Deutsche Telekom doit tabler sur d'autres cessions. "Par exemple, nous allons fortement accélérer la vente d'actifs immobiliers par rapport à l'an dernier", a expliqué Ron Sommer. Cette vente pourrait lui rapporter entre 2 et 3 milliards d'euros?. Et le principal opérateur allemand travaille parallèlement sur des "solutions alternatives" pour débloquer le dossier de la cession de ses réseaux câblés, après le refus des autorités allemandes de la concurrence d'autoriser leur vente à l'américain Liberty Media pour 5,5 milliards d'euros.A la Bourse de Francfort, l'action Deutsche Telekom cédait 3,56% en fin d'après-midi, à 17,08 euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.